La diplomatie russe note que la France «limite de plus en plus souvent les droits et libertés»

La diplomatie russe note que la France «limite de plus en plus souvent les droits et libertés»© STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP
Gendarmes mobiles lors d'une manifestation contre l'article 24 de la loi Sécurité globale à Paris le 21 novembre.

Interrogée sur le débat français autour des violences policières, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a déclaré avoir remarqué que la France «limite de plus en plus souvent les libertés civiles» pour des raisons de sécurité.

Les dernières manifestations en France et le débat actuel sur les violences policières et la sécurité nationale ne sont pas passés inaperçus en Russie. Interrogée sur ces questions lors d'un point presse, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a estimé que la politique française était de moins en moins à la hauteur de ses ambitions sur la question de la «protection des droits de l’homme». 

«On a reçu beaucoup de questions et demandes de commentaires sur la répression brutale des manifestations de protestation et les restrictions à la liberté dans ce pays», a-t-elle d'abord déclaré, avant d'ajouter : «Bien que la protection des droits de l’homme soit traditionnellement proclamée par les autorités françaises comme une priorité clé de la politique française, ces derniers temps, la France limite de plus en plus souvent les droits et libertés civiles sous prétexte de la sécurité nationale».

«L’attention de l’opinion publique française est focalisée sur le problème desdites "violences policières" et la répression brutale des manifestations qui dégénèrent souvent en affrontements avec les forces de l’ordre», a noté la diplomate.

Une «grande partie de la société» opposée à la politique sécuritaire d'Emmanuel Macron

Dans ce contexte, la porte-parole de la diplomatie russe n'a pas manqué l'occasion de rappeler les manifestations du mouvement des Gilets jaunes entre 2018 et 2019, ainsi que la façon dont celles-ci ont été réprimée par les forces de l'ordre, méthodes qui ont été dénoncées jusqu'à l'ONU

Les nombreuses manifestations ont démontré qu’une grande partie de la société était opposée à la politique du président Macron visant à réduire la liberté de l'information

«Les représentants des médias sont souvent touchés par les policiers, notamment des journalistes russes qui couvrent les manifestations ont été blessés», a-t-elle par ailleurs déclaré. 

La porte-parole de la diplomatie a en outre abordé le récent débat sur l'article 24, marqué par plusieurs manifestations ayant fini dans la violence : «Je tiens également à noter que les nombreuses manifestations contre l'adoption de ce projet de loi, qui se sont accompagnées de violents affrontements avec la police, ont démontré qu’une grande partie de la société était opposée à la politique du président Macron visant à réduire la liberté de l'information». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»