Haut-Karabagh : Moscou envoie une mission de maintien de la paix pour une période de cinq ans

Haut-Karabagh : Moscou envoie une mission de maintien de la paix pour une période de cinq ans© Ministère russe de la Défense
Des soldats russes montent dans un avion de transport militaire dans le cadre de la mission de maintien de la paix russe dans le Haut-Karabagh, le 9 novembre (image d'illustration).

Dans le cadre du cessez-le-feu entre Erevan et Bakou, la Russie a annoncé l'envoi d'une mission de maintien de la paix dans la région du Haut-Karabagh pour une période de cinq ans. De son côté, Erevan doit rétrocéder plusieurs territoires à Bakou.

Sous l'égide de la Russie, l'Azerbaïdjan et l'Arménie ont signé le 9 novembre au soir un accord de cessation des combats dans le Haut-Karabagh, après plus d'un mois d'affrontements meurtriers et plusieurs tentatives de médiations internationales.

Dans le cadre de ce cessez-le-feu – et pour qu'il puisse mener «à la création des conditions nécessaires pour un règlement durable» du conflit selon Moscou – le service de presse du ministère russe de la Défense a annoncé dans la nuit du 9 au 10 novembre qu'une mission de maintien de la paix composée de 1 960 militaires, 90 véhicules blindés de transport de troupes, ainsi que 380 unités de véhicules et d'équipements spéciaux avait été envoyée le long de la ligne de contact au Haut-Karabagh et le long du couloir de Lachin.

Le ministère de la Défense a ajouté que le «départ» des soldats russes de maintien de la paix était effectué depuis l'aérodrome d'Oulianovsk avec des avions IL-76 de l'aviation de transport militaire. Il est également prévu d'installer des postes d'observation russes le long de la ligne de contact dans le Haut-Karabagh et le long du couloir de Lachin.

La mission russe de maintien de la paix annoncée pour une période de cinq ans

D'autres termes, concernant la temporalité de la mission de maintien de la paix ou la rétrocession de territoires récemment conquis, ont également été gravés dans les accords.

Tout d'abord, il est demandé à Erevan et Bakou de rapatrier dès à présent leurs troupes présentes en territoire ennemi. Il s'agit même d'une condition nécessaire au déploiement du contingent de maintien de la paix de la Russie dans la région.

Ensuite, la mission russe de maintien de la paix a été annoncée pour une période de cinq ans, avec prorogation automatique de cinq ans, si aucune des parties ne déclare, six mois avant l'expiration de la période, l'intention de mettre fin à l'application de cette disposition.

Enfin, l'Arménie est dans l'obligation de rendre à l'Azerbaïdjan plusieurs régions limitrophes à celle du Haut-Karabagh occupées par ses troupes. Ainsi, d'ici le 15 novembre 2020, Erevan devra libérer la région de Kelbajar. Et d'ici le 1er décembre 2020, elle devra rendre la région de Lachin tout en laissant derrière elle le couloir de Lachin (5 km de large), qui assurera la connexion du Haut-Karabagh avec l'Arménie et en même temps n'affectera pas la ville de Chouchi.

L'Azerbaïdjan se félicite de la «capitulation» de l'Arménie

Le cessez-le-feu, entré en vigueur à 21h le 9 novembre, a été signé par le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, le Premier ministre arménien Nikol Pachinian ainsi que le président russe Vladimir Poutine.

Le Premier ministre arménien a dit sur Facebook que la signature de l'accord avait été «incroyablement douloureuse», mais que la décision s'imposait «après une analyse en profondeur de la situation militaire», en référence aux avancées azerbaïdjanaises. En conséquences, des manifestations de colère ont eu lieu dans la nuit du 9 au 10 novembre en Arménie, où des manifestants ont envahi le siège du gouvernement et du Parlement.

Le président azerbaïdjanais a quant à lui proclamé à la télévision la «capitulation» de son ennemi, même s'il ne reconquiert pas tout le Haut-Karabagh. «J'avais dit qu'on chasserait [les Arméniens] de nos terres comme des chiens, et nous l'avons fait», a-t-il notamment martelé. Depuis fin septembre, les affrontements les plus sanglants depuis près de 30 ans opposaient des forces pro-arméniennes à l'armée azerbaïdjanaise, dans des combats qui ont tourné à l'avantage de Bakou, soutenu par la Turquie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»