L'ancien président par intérim du Kosovo arrêté et inculpé à La Haye pour crimes contre l'humanité

- Avec AFP

L'ancien président par intérim du Kosovo arrêté et inculpé à La Haye pour crimes contre l'humanité© Hazir Reka Source: Reuters
Jakup Krasniqi (à droite) et Hashim Thaçi (à gauche) le 17 février 2008 à Pristina (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Inculpé pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, Jakup Krasniqi, ancien porte-parole de l'UCK et président du conseil national de l'un des partis de la coalition gouvernementale au pouvoir a été arrêté et transféré à La Haye.

Jakup Krasniqi, ancien porte-parole de l'UCK, organisation paramilitaire indépendantiste albanaise du Kosovo (classée jusqu'à la fin des années 1990 comme terroriste par les Etats-Unis), actuellement responsable politique kosovar, et ancien président par intérim de l'entité autoproclamée, a été arrêté le 4 novembre 2020 à Pristina et transféré à La Haye (Pays-Bas), selon un tribunal spécial.

L'arrestation a été effectuée par le bureau du procureur spécialisé (SPO) en vertu d'une inculpation confirmée liée à des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité

«Jakup Krasniqi a été arrêté aujourd'hui et transféré vers le centre de détention des Chambres spécialisées du Kosovo (KSC) à La Haye», a fait savoir ce tribunal dans un communiqué.

«L'arrestation a été effectuée par le bureau du procureur spécialisé (SPO) en vertu d'une inculpation confirmée liée à des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité», lit-on dans le communiqué.

Le KSC n'a pas fourni d'autres détails et n'a pas précisé la date d'une éventuelle première comparution de Jakup Krasniqi.

Des exactions commises sur les opposants, les Roms et les Serbes

Le KSC est une instance de droit kosovar composée de juges internationaux et chargée d'enquêter sur des crimes commis par l'UCK pendant et après le conflit de 1998-99, principalement à l'encontre de Serbes, de Roms et d'opposants kosovars à la guérilla.

Ce tribunal spécial siège aux Pays-Bas afin de protéger les témoins qui sont soumis à des pressions et des menaces.

L'arrestation de Jakup Krasniqi a eu lieu après que des membres de la police de l'Union européenne lourdement armés aient effectué un une opération à son domicile aux abords de Pristina et aient fouillé les lieux pendant plusieurs heures.

Jakup Krasniqi, 69 ans, est actuellement président du conseil national de l'un des partis de la coalition gouvernementale au pouvoir à Pristina, l'Initiative sociale-démocrate.

Il a aussi été président de l'Assemblée du Kosovo et, à deux reprises, président par intérim du Kosovo en 2010 et 2011.

Pendant le conflit de 1998-99 entre la guérilla indépendantiste kosovare et les forces de Belgrade, Jakup Krasniqi était le porte-parole de l'UCK.

Le Kosovo, alors province autonome de la Serbie, a depuis proclamé son indépendance, reconnue à ce jour par 114 des 193 pays membres de l'ONU, dont les Etats-Unis et la plupart des pays occidentaux, mais pas par la Serbie, la Russie ou encore la Chine.

Créé en 2015 pour juger des atrocités commises par l'UCK, le KSC a inculpé en juin dernier le président du Kosovo Hashim Thaçi, chef de l'UCK pendant le conflit, pour son rôle présumé dans près de 100 meurtres.

Hashim Thaçi a été interrogé au KSC en juillet mais n'a pas été arrêté. Il a à cette occasion accusé la justice internationale de «réécrire l'Histoire».

Fin septembre dernier, un ancien commandant de l'UCK, Salih Mustafa, a été le premier suspect à comparaître devant le tribunal spécial pour répondre à des accusations de meurtre et de torture.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix