La Suisse refuse l'abolition du délit de blasphème

La Suisse refuse l'abolition du délit de blasphème© Denis Balibouse Source: Reuters
Un drapeau suisse est déployé sur le Palais fédéral le 25 septembre 2019 (image d'illustration).

Alors que le monde musulman s'enflamme contre la France et les caricatures de Mahomet, le Conseil national suisse était appelé à voter sur l'abolition du délit de blasphème dans le pays. Une motion rejetée par les conseillers suisses.

Le Conseil national suisse (chambre basse de l'Assemblée fédérale) a rejeté le 30 octobre, par 115 voix contre 48, une motion visant à abolir le délit de blasphème, proposée par l'écologiste libéral Beat Flach. «Il ne faut pas punir les gens parce qu’ils se moquent d’une foi», a-t-il déclaré, cité par RTS, estimant que la norme pénale antiraciste et la protection contre l’atteinte à l’honneur et contre l’injure étaient suffisantes. Avant d'ajouter qu'il trouvait «anachronique» qu’un Etat «laïque et libéral» érige le blasphème en «infraction spécifique».

«[La liberté d’expression] ne s’applique pas sans limite», a pour sa part estimé la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, également citée par la télévision nationale. 

«La loi ne punit certes pas directement les paroles qui outragent la divinité, mais le fait de "bafouer les convictions d'autrui en matière de croyance, en particulier de croyance en Dieu"», relève RTS.

Cet épisode intervient simultanément aux multiples manifestations antifrançaises qui se déroulent dans le monde musulman, après l'hommage d'Emmanuel Macron au défunt professeur Samuel Paty, lors duquel le chef de l'Etat avait affirmé qu'il n'entendait pas «renoncer aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent». 

Pour rappel, depuis 1881, il n'existe plus en droit français de délit spécifique concernant le blasphème, contrairement à plusieurs pays du Vieux continent où il est puni par la loi. «Sept pays [dont l'Allemagne ou encore l'Espagne] considèrent toujours l’offense à la religion comme un délit, même s’ils n’emploient pas toujours le terme de blasphème», relevait France inter dans un article publié au mois de juin 2017. Fait notable, le 26 octobre 2018, les Irlandais avaient pour leur part voté à 65% pour l'abrogation du délit de blasphème qui figurait dans la Constitution depuis 1937, bien qu'il n'ait jamais été appliqué depuis, comme le relevait alors France 24.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»