L'archevêque de Toulouse crée la polémique en s'opposant au droit de blasphémer

L'archevêque de Toulouse crée la polémique en s'opposant au droit de blasphémer© Christian Hartmann Source: Reuters
L'église d'Auvers-sur-Oise, le 29 juillet 2020 (image d'illustration).

En réaction à l'attentat de Nice du 29 octobre, l'archevêque de Toulouse, invité sur l'antenne de France Bleu Occitanie, a créé la polémique en s'opposant au droit de blasphème.

«On ne se moque pas impunément des religions, on ne peut pas se permettre de moquer les religions, vous voyez le résultat que ça donne», a déclaré Mgr Robert Le Gall, archevêque de Toulouse, lors d'une intervention le 30 octobre sur France Bleu Occitanie, durant laquelle il était notamment interrogé sur sa position concernant le droit de blasphémer en France. Pour rappel, depuis 1881, il n'existe plus en droit français de délit spécifique concernant le blasphème, contrairement à certains pays où il est puni par la loi, comme en Espagne, en Suisse ou encore en Allemagne. 

«De l'huile sur le feu»

En réaction à l'attentat de Nice, l'archevêque de Toulouse a d'abord fait part de son «horreur». Interrogé ensuite sur les causes de telles attaques contre des symboles chrétiens, Robert Le Gall a alors estimé que ces attentats étaient le résultat de «l'huile [...] sur le feu» versée par les récentes polémiques entourant les caricatures de la religion. «Je trouve [cela] dangereux [...], il faudrait apaiser tout cela car ce sont des caricatures contre les musulmans mais aussi contre la foi chrétienne», a-t-il encore déclaré, après avoir répondu «non» à la question de savoir s'il défendait le droit au blasphème en France. 

L'intervention a rapidement suscité un vent de colère chez plusieurs personnalités politiques et médiatiques.

L'archevêque de Toulouse a-t-il conscience qu'il parle exactement comme Daesh ?

«Les digues sautent. Un évêque excuse les crimes. Robert Le Gall, archevêque de Toulouse, la liberté de blasphémer les religions est en cause !», a par exemple écrit le chef de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

Citée par l'AFP, la présidente PS de la région Occitanie Carole Delga a pour sa part déclaré : «La laïcité, la liberté d’expression et le droit de critiquer toute institution religieuse sont indissociables de notre pacte démocratique et républicain. Ce n’est pas négociable !»

«Cette déclaration constitue un recul dans le processus de sécularisation de la religion catholique», a de son côté estimé Georges Méric, le président PS du Conseil départemental de Haute-Garonne.

Sur la scène médiatique, la chroniqueuse de France inter Sophia Aram a réagi avec virulence à l'intervention de Robert Le Gall : «L'archevêque de Toulouse a-t-il conscience qu'il parle exactement comme Daesh ?», s'est-elle interrogée sur Twitter. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»