Evo Morales annonce son possible retour en Bolivie le 9 novembre

Evo Morales annonce son possible retour en Bolivie le 9 novembre© Agustin Marcarian Source: Reuters
Evo Morales le 18 octobre 2020 lors d'une conférence de presse à Buenos Aires, en Argentine (image d'illustration).

Lors d'une conférence de presse à Buenos Aires, l'ancien président bolivien a déclaré espérer pouvoir regagner son pays natal dès le 9 novembre prochain après la victoire de Luis Arce lors du scrutin du 18 octobre.

L’ancien président bolivien Evo Morales, actuellement réfugié en Argentine, a fait savoir le 27 octobre 2020 qu’il pourrait «possiblement» regagner la Bolivie le 9 novembre prochain alors que son ancien ministre de l’Economie, Luis Arce, a remporté dès le premier tour, et avec 52,4% des voix, l’élection présidentielle du 18 octobre et que les charges pesant sur lui ont été abandonnées par la justice.

Interrogé sur cet hypothétique retour au pays, celui qui avait été accusé de «manipulation délibérée» par l’Organisation des Etats américains (OEA) après sa victoire lors de l’élection présidentielle du 20 octobre 2019 dès le premier tour, a déclaré au cours d’une émission diffusée à la télévision argentine: «Il y a différentes propositions, les mouvements sociaux en discutent et il est possible que mon retour se fasse le 9 [novembre], en traversant entre La Quiaca [Argentine] et Villazon [Bolivie].» Après les accusations de l'OEA, deux statisticiens du Massachusetts Institute of Technology (MIT) spécialistes des scrutins électoraux ont publié à un rapport établissant l'absence totale de preuve de fraude et affirmé qu'Evo Morales aurait «très probablement» remporté l’élection. 

Cette annonce a été faite après la victoire de Luis Arce lors du scrutin du 18 octobre, avec plus de 20 points d’avance sur son rival Carlos Mesa, allié de la présidente par intérim autoproclamée Jeanine Anez. Après l’annonce des résultats, que l’OEA a cette fois-ci reconnus, Evo Morales avait assuré vouloir rentrer en Bolivie «tôt ou tard».

Dans le même temps, la justice bolivienne a annulé le 26 octobre les charges pesant sur l’ancien président alors qu’elle avait émis un mandat d’arrêt pour «terrorisme» à son encontre.

Premier dirigeant amérindien du pays, président de 2006 à 2019, Evo Morales avait décidé de quitter le pouvoir en novembre après des manifestations et des violences qui avaient fait plus de 30 morts et 800 blessés selon l’ONU suite à l’annonce de cette supposée fraude électorale. Dénonçant un «coup d'Etat», il avait alors pris la direction du Mexique, avant de finalement poser ses valises en Argentine.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»