L'opposant russe Alexeï Navalny se donne quelques mois avant de rentrer en Russie

- Avec AFP

L'opposant russe Alexeï Navalny se donne quelques mois avant de rentrer en Russie Source: Reuters
Alexeï Navalny lors de son interview à Iouri Doud (capture d'écran)

Sorti fin septembre d’un hôpital de Berlin, Alexeï Navalny a assuré aller «de mieux en mieux» et se donner encore quelques mois avant de rentrer en Russie, dans une interview accordée à un célèbre youtubeur russe diffusée ce 6 octobre.

Alexeï Navalny, sorti fin septembre de l'hôpital berlinois de la Charité, où il a été soigné pendant un mois, a accordé une interview au célèbre youtubeur et journaliste russe Iouri Doud. «J'ai les mains qui tremblent, si je prends une bouteille d'eau ça va être rigolo, mais je vais vraiment beaucoup mieux», a-t-il déclaré en débutant l'entretien.

«Il y a eu une période vraiment désagréable, lorsque je commençais seulement à me lever du lit [...] Ensuite, j'ai récupéré assez rapidement», a poursuivi l'opposant. Interrogé sur la durée de sa convalescence en Allemagne, Alexeï Navalny a répondu ne pas savoir. «Je demande aux médecins de combien de temps j'aurai besoin pour que mes mains arrêtent de trembler : ils répondent avoir peu d'expérience sur ce sujet», a-t-il déclaré en faisant allusion à la substance toxique Novitchok, avec laquelle il aurait été empoisonné

Il y a eu une période vraiment désagréable, lorsque je commençais seulement à me lever du lit

«Une année, je l'exclus quasiment. Mais deux mois, c'est tout à fait possible», a-t-il ajouté, assurant «totalement exclure» l'idée de ne pas rentrer en Russie. 

L'opposant a de nouveau accusé le président russe Vladimir Poutine d'être derrière son empoisonnement via les services secrets. «Ma version est qu'il s'agissait d'officiers du FSB [services de renseignement intérieur] ou du SVR [service des renseignements extérieurs] sur ordre bien sûr, certainement de Poutine», a-t-il déclaré. 

La veille, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov avait souligné l'incohérence des résultats des analyses menées sur l'opposant, victime présumée d'un empoisonnement à l'agent neurotoxique militaire Novitchok. Il a notamment rappelé que les médecins de la clinique berlinoise Charité, ainsi que leurs collègues russes à Omsk, n'avaient trouvé aucune trace d'agent militaire toxique dans les analyses de l'opposant. La découverte a été faite dans des laboratoires de la Bundeswehr (armée allemande), ce qui est une source de préoccupation.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»