Un ministre comorien percevait frauduleusement des aides sociales... françaises

Un ministre comorien percevait frauduleusement des aides sociales... françaises© Charles Platiau Source: Reuters
Un bâtiment de la CAF de Paris. (Image d'illustration)

Selon le Journal de l'Ile de la Réunion, document à l'appui, le ministre comorien des Affaires étrangères fraîchement nommé Dhoihir Dhoulkamal bénéficierait de la CMU et du RSA depuis dix ans pour une fraude estimée à plusieurs milliers d'euros.

Voici une affaire qui fait des remous... Le ministre des Affaires étrangères comorien Dhoihir Dhoulkamal bénéficierait de la couverture maladie universelle (CMU) et du revenu de solidarité active (RSA) depuis au moins dix ans, révèle le Journal de l'Ile de la Réunion (JIR) le 3 octobre.

L'homme, fraîchement nommé patron de la diplomatie, a déjà occupé plusieurs postes au sein du gouvernement comorien tout en se faisant passer pour un ressortissant français pour accéder aux aides. La fraude serait estimée à plusieurs milliers d'euros. Le nouveau ministre des Affaires étrangères est aussi le président du groupe d'amitié Comores-France, révèle le journal local.

Une démission «serait plus sage»

Toujours selon le JIR, la sécurité sociale a annoncé qu'elle porterait plainte contre le ministre. «Fort heureusement à l'autre ministre on reconnaît la présomption d'innocence», a répondu le porte-parole du gouvernement comorien, Houmed Msaidie dans un tweet pour le moins énigmatique. Aucun autre membre de l'exécutif n'a pour le moment commenté l'affaire.

«Ces méthodes sont courantes chez les immigrés sans exception, maintenant au vu du parcours professionnel de Dhoulkamal, cette fraude est inadmissible. Il en sort surtout affaibli et il est évident qu’il ne peut être la voix des Comores», dénonce un partisan de la Convention pour le renouveau des Comores, le parti du président Azali Assoumani, interrogé par Mayotte la première. Il ajoute qu’une démission «serait plus sage».

Côté français, le quai d'Orsay n'a pas encore réagi pour le moment. Charles Prats, délégué au développement de l’Association professionnelle des magistrats, a ironisé sur Twitter : «un ministre d’un gouvernement étranger qui percevrait depuis dix ans le RSA».

Cette polémique intervient alors que Mayotte et la Réunion connaissent depuis bon nombre d'années une vague d'immigration clandestine en provenance des Comores. A Mayotte, l'immigration clandestine en provenance de ce pays représente même plus de 41 % de la population.

Une affaire qui ne va pas arranger les relations tendues entre les Comoriens et les populations de la Réunion et de Mayotte. A Mayotte, des collectifs sillonnent l’île pour dénoncer ces arrivées de migrants illégaux qui ont des répercussions sur les services publics, les comptes sociaux et les établissements de santé et scolaires. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»