Dix migrants dont un enfant retrouvés morts au large de Mayotte

- Avec AFP

Dix migrants dont un enfant retrouvés morts au large de Mayotte© COR, Préfecture de Mayotte Source: AFP
La ministre des Outre-mer Brigitte Girardin, le 05 mars 2005 à Dzaoudzi (Matotte) avec des clandestins comoriens. (image d'illustration)

le 25 septembre, dix migrants comoriens, dont un enfant de sept ans, ont trouvé la mort au nord-est de Mayotte à la suite du naufrage de leur embarcation de fortune.

La gendarmerie a annoncé la mort, dans l'après-midi du 25 septembre, de dix migrants en provenance des Comores, dont un enfant de sept ans. Leur kwassa-kwassa, une embarcation légère de type vedette à moteur, aurait chaviré en raison d'une forte houle à proximité d'une plage du nord-est de Mayotte.

Au total, 24 personnes avaient embarqué depuis l'île comorienne d'Anjouan, distante de 70 kilomètres de Mayotte, en direction du territoire français, selon les premiers témoignages recueillis par les secours, la gendarmerie et la police aux frontières.

Cette dernière, en exercice à proximité des lieux du drame, a pu recueillir rapidement des rescapés, qui à la faveur de la marée basse se sont réfugiés sur les récifs coralliens. Deux autres navires et un hélicoptère ont été mobilisés pour les recherches.

Mayotte compte près de 50% de sa population de nationalité étrangère, dont 95% sont Comoriens. Une situation qui exaspère beaucoup de Mahorais. Des collectifs sillonnent l’île pour dénoncer ces arrivées de migrants illégaux qui créent des répercussions sur les services publics et précisément sur les établissements de santé et scolaires. 

Une contexte qui entraîne des situations régulières de violences urbaines. Ce qui qui a amené le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, à qualifier la situation à Mayotte d'«extraordinairement préoccupante», le 15 septembre dernier.

Une traversée à haut risque 

Ce n'est pas la première fois que des kwassa-kwassa, souvent fragiles, font naufrage au large de Mayotte. En juillet 2019, le corps sans vie d'un enfant de 5 à 6 ans avait été retrouvé à Mayotte, sur une plage de Petite-Terre, à la suite du probable naufrage d'un bateau. En mai de la même année, les corps de deux autres migrants avaient été retrouvés après le naufrage de leur embarcation. Quatorze autres personnes avaient été récupérées vivantes.

Une situation dramatique qui avait entraîné le ministre comorien des Affaires étrangères à demander, en juin 2017, des excuses à Emmanuel Macron après sa plaisanterie portant sur les kwassa-kwassas qui «pêchent peu mais amènent du Comorien».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»