«La censure contre la propagande de l'Etat islamique est vouée à l'échec» assurent des experts

Jihadi Jon, l'un des protagonistes des vidéos de l'Etat Islamique © Vidéo de propagande de l'Etat Islamique
Jihadi Jon, l'un des protagonistes des vidéos de l'Etat Islamique

Spécialisé dans la déradicalisation, un groupe de chercheurs anglais a publié un rapport de 52 pages intitulé «Documenter le Califat virtuel», afin d'analyser la stratégie de propagande de l'Etat islamique.

Pendant 30 jours, la Fondation Quilliam arecensé toutes les publications (textes, photos, vidéos, émissions de radio, chansons...) produites par le pôle médiatique djihadiste : ils en ont recensé 1146, soit plus de 38 productions par jour. Le rapport les divise en plusieurs catégories thématiques.

Plus de la moitié des documents s'attachent à décrire la vie civile au sein des territoires administrés par l'Etat islamique. Activité économique, événements sociaux, loi stricte, ou encore une ferveur religieuse pro-active forment les fondations du discours civil de l'Etat islamique. Pour les auteurs du rapport «Le groupe cherche à attirer des supporters sur une base politique et idéologique».

Lire aussi : «Hormis la reconnaissance par le droit international, Daesh a tout d'un Etat»

L'Etat islamique se promeut toujours avec de la violence. Néanmoins, le public ciblé par cette ultra-violence est davantage situé dans la région qu'il ne l'était précédemment. L'équipe d'Haraf Rafiq explique :«Il semble que chercher à provoquer l'infamie internationale soit maintenant un objectif secondaire par rapport à la nécessité d'intimider sa propre population afin de décourager la rébellion et la dissidence».

Une large part des publications militaires montre la guerre d'usure menée par l'Etat islamique, mettant en scène des tirs de mortiers ou de roquettes tirées au loin en direction d'un ennemi indistinct. Selon les auteurs du rapport, il est probable que ces publications soient orchestrées afin de maintenir le sentiment que l'Etat islamique reste à l'offensive.


Étant donné «le caractère de sophistication exceptionnel de ces campagnes d'informations, dont le succès repose sur la quantité et la qualité, des contre-mesures comme la censure sont vouées à l'échec». En effet, pour la Fondation, «la quantité, la qualité et la variété de la propagande de l’État islamique produite en un mois surpasse la quantité, la qualité et la variété des tentatives, étatiques ou non, de défier le groupe. Les efforts actuels doivent être accentués afin de réaliser des progrès substantiels dans cette guerre».

Lire aussi : Facebook veut mettre en contact des candidats au djihad avec des repentis de Daesh

Haras Rafiq, directeur de la Fondation, conclut : «Sur de nombreux aspects, l'EI agit comme un média. Notre réponse doit être proportionnelle. Nous devons réaliser qu'il n'existe aucun élixir qui puisse nous libérer de la suprématie informationnelle de l'EI. Le Califat se promeut à échelle industrielle. Si nous voulons détruire sa marque, nous devons d'abord chercher à en approfondir notre compréhension».

Lire aussi : Grande-Bretagne : un compte Twitter comme arme de guerre contre Daesh

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales