«Groupes armés illégaux» dans le Haut-Karabagh : Poutine exprime sa «sérieuse préoccupation»

«Groupes armés illégaux» dans le Haut-Karabagh : Poutine exprime sa «sérieuse préoccupation»© Mikhail Klimentev Source: AFP
Le Premier ministre arménien Nikol Pashinian (à gauche) et le président russe Vladimir Poutine se serrent la main avant une réunion du Conseil économique suprême eurasien à Sotchi, le 14 mai 2018 (image d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

Le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre arménien Nikol Pachinian ont exprimé leur grande préoccupation suite aux informations selon lesquelles des djihadistes venus de Syrie auraient rejoint les combats dans le Haut-Karabagh.

A l'initiative de la partie arménienne, le président russe Vladimir Poutine a eu le 2 octobre 2020 une conversation téléphonique avec le Premier ministre de la République d'Arménie, Nikol Pachinian, sur la présence potentielle de combattants djihadistes dans le Haut-Karabagh, théâtre de combats entre Arméniens et Azerbaïdjanais. Les deux dirigeants ont exprimé «leur sérieuse préoccupation concernant les informations reçues sur l'engagement de groupes armés illégaux du Moyen-Orient» dans le conflit du Haut-Karabagh, a fait savoir le Kremlin dans un communiqué publié au sixième jour de violents combats dans cette région séparatiste.

Vladimir Poutine a une fois de plus insisté sur la nécessité de mettre immédiatement fin aux hostilités et de reprendre les efforts politiques et diplomatiques pour résoudre le conflit, conformément à la déclaration du 1er octobre des coprésidents du groupe de Minsk : la Russie, la France et les Etats-Unis.

Le 2 octobre, Emmanuel Macron avait fait état d'informations selon lesquelles des djihadistes venus de Syrie auraient rejoint le champ de bataille. «Selon nos propres renseignements, 300 combattants ont quitté la Syrie pour rejoindre Bakou en passant par Gaziantep [en Turquie]. Ils sont connus, tracés, identifiés, ils viennent de groupes djihadistes qui opèrent dans la région d'Alep», a déclaré le chef d'Etat français dans la nuit du jeudi au vendredi en marge d'un sommet de l'Union européenne. Il a précisé que des contingents similaires se préparaient à rejoindre les combats.

En outre, Moscou s'était déjà inquiété de la présence de «militants de formations armées illégales» dans la région. Erevan avait déjà affirmé, de son côté, disposer d'informations «selon lesquelles la Turquie recrut[ait] des terroristes et des mercenaires dans certains pays du Moyen-Orient et les envo[yait] en Azerbaïdjan». Des accusations démenties par Bakou. Cité par l'agence Reuters le 28 septembre, Hikmat Hajiyev, un assistant de politique étrangère du président de la République d'Azerbaïdjan Ilham Aliyev, avait déclaré qu'il était «complètement absurde» de dire que des combattants syriens venaient pour aider son pays : «Nos forces armées ont plus qu'assez de personnel et de forces de réserve», avait-il affirmé.

La région du Haut-Karabagh, peuplée majoritairement d'Arméniens, est considérée comme partie intégrante de l'Azerbaïdjan par les Nations unies. L'Arménie reconnaît, elle, l'indépendance de fait du Haut-Karabagh, autoproclamée par les autorités locales au début des années 1990. La région est le théâtre d'affrontements entre Arméniens et Azerbaïdjanais depuis le 27 septembre.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix