Assange visé par un projet d'empoisonnement et de kidnapping ? Nouveau témoignage explosif à la Cour

Assange visé par un projet d'empoisonnement et de kidnapping ? Nouveau témoignage explosif à la Cour© Julia Quenzler Source: Reuters
Dessin montrant Julian Assange lors de son procès à la Cour britannique Old Bailey, le 7 septembre 2020 (image d'illustration).

Alors que la quatrième semaine du procès sur l'extradition de Julian Assange touche à sa fin, un ancien employé de la société qui l'a espionné de 2015 à 2018 a évoqué un plan qui aurait été envisagé en 2017 contre le fondateur de WikiLeaks.

Selon un ancien employé d'UC Global, société de sécurité espagnole accusée d'avoir espionné Julian Assange pendant plusieurs années pour le compte des Etats-Unis, Washington aurait imaginé en 2017 la possibilité de kidnapper ainsi que d'empoisonner le fondateur de WikiLeaks, alors confiné dans la petite ambassade de l'Equateur à Londres. 

L'anonymat a permis à un ancien employé de l'entreprise espagnole, rebaptisé «W2», que son témoignage soit exposé le 30 septembre devant la Cour centrale de la Couronne britannique, Old Bailey.

Après avoir mis en avant d'étroites relations entre David Morales, PDG d'UC Global, et plusieurs interlocuteurs américains, l'expert en informatique a en effet affirmé que le patron de son ancienne société et ses contacts américains avaient envisagé en 2017 d'en finir avec Julian Assange en «laissant une porte ouverte pour permettre à des personnes d'entrer de l'extérieur afin de kidnapper [Julian Assange], et même de l'empoisonner», comme le rapportent The Australian ou encoreThe Guardian.

Evoquant celui de la journaliste américaine Cassandra Fairbanks selon qui l'arrestation de Julian Assange aurait été coordonnée sur ordres directs du président américain, ce nouveau témoignage intervient également après une série de révélations explosives sur UC Global et ses activités d'espionnage qui ont ciblé le fondateur de WikiLeaks de 2015 à 2018 pour le compte des Etats-Unis.

Micros cachés, retransmissions en direct, poubelles passées au crible ou encore prélèvement de données personnelles sur les personnes rendant visite au ressortissant australien à l'ambassade : les techniques utilisées par la société espagnole de sécurité, ont pour la plupart été exposées lors de son procès.

Quant à celui sur l'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis, à l'heure où nous écrivons ces lignes, il en est à sa quatrième semaine. Après les multiples témoignages qui continuent de se succéder, la justice britannique devrait dans quelques mois annoncer son verdict, censé déterminer si oui ou non, le Royaume-Uni entend livrer à Washington le ressortissant australien, enfermé depuis le mois d'avril 2019 dans la prison de Belmarsh, établissement de haute sécurité faisant partie des services pénitentiaires de Sa Majesté.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»