Depuis Riga, Emmanuel Macron compare le dialogue France-Russie à un «tango»

- Avec AFP

Depuis Riga, Emmanuel Macron compare le dialogue France-Russie à un «tango»© AGUSTIN MARCARIAN Source: Reuters
Les danseurs Andres Uran et Estefania Arango lors de la finale des championnats du monde de tango en 2019 à Buenos Aires (image d'illustration).

En visite dans des pays baltes, partisans de la ligne dure envers la Russie, le président français a justifié sa stratégie de dialogue avec Vladimir Poutine, comparant cette relation à une danse.

Emmanuel Macron a défendu le 30 septembre à Riga sa stratégie de «dialogue» avec la Russie, qui suscite des doutes chez les dirigeants baltes, mais a pointé les réticences de Vladimir Poutine en soulignant qu'«il faut être deux pour dialoguer».

Aussi vrai qu'il faut être deux pour faire le tango, il faut être deux pour dialoguer

«Aussi vrai qu'il faut être deux pour faire le tango, il faut être deux pour dialoguer et donc ça dépend aussi de la volonté de la partie engagée d'avancer ou pas», a souligné Emmanuel Macron, ajoutant : «Nous verrons d'ailleurs ce que ce dialogue peut produire comme résultat positif».

A Vilnius le 28 septembre, puis à Riga mardi, face à des dirigeants lituanien et letton sceptiques sur les intentions russes, le président français a cherché à clarifier le but du «dialogue» qu'il veut que l'Europe mène avec Moscou, alors que les tensions s'accroissent en raison de la crise en Biélorussie voisine.

«C'est ce qui nous permettra de construire une relation [avec la Russie] beaucoup plus stable et plus protectrice», a-t-il dit lors d'un point de presse avec le Premier ministre letton Arturs Karins.

Le président français a rappelé que la relation avec la Russie «s'est durcie, en raison du conflit ukrainien et de l'occupation de l'Ukraine». «Nous avons mis des sanctions qui ont eu peu d'efficacité», a-t-il reconnu.

C'est ce qui nous permettra de construire une relation [avec la Russie] beaucoup plus stable et plus protectrice

Mais il a souhaité «une forme de normalisation de nos relations avec la Russie parce que nous partageons le même espace, parce que nous voulons qu'il n'y ait plus de cyberattaques, qu'il n'y ait plus de déstabilisation de notre démocratie et un règlement des conflits régionaux, l'Ukraine au premier chef».

Au terme de sa tournée de deux jours dans les pays baltes, il a décrit les «craintes» ressenties chez «beaucoup» de ses interlocuteurs.

«En Lituanie comme en Lettonie, il y a parfois un doute qui pointe sur la sincérité que la Russie peut avoir dans la construction d'un dialogue», a-t-il souligné.

«Mais je crois que personne ne peut nier le fait que c'est plus protecteur et constructif de le faire en Européens que de laisser chacun avoir sa politique en ordre dispersé», a-t-il argué, martelant que ce dialogue était «sans naïveté».

«A aucun moment ce dialogue ne sera un dialogue qui met en cause ou qui compromet votre sécurité ou nie votre histoire», a-t-il promis au dirigeant letton, qui a souhaité de son côté une Europe plus unie face à la Russie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»