Comment vont-ils se «réchauffer» ? Poutine plaisante sur la politique anti-nucléaire des Allemands

Comment vont-ils se «réchauffer» ? Poutine plaisante sur la politique anti-nucléaire des Allemands© Mikhail Metzel Source: Sputnik
Le président russe Vladimir Poutine rencontre des professionnels de l'industrie nucléaire, au Kremlin à Moscou, le 23 septembre 2020.

Invité d'une rencontre des professionnels du nucléaire, le président russe s'est interrogé sur le choix de Berlin de délaisser progressivement l'énergie automatique. Et s'est ressouvenu d'une plaisanterie qu'il avait formulée, déjà, dix ans plus tôt.

Le président russe Vladimir Poutine s'étonne toujours de la politique énergétique de certains Etats européens. «Nos partenaires, notamment en Europe, se compliquent considérablement la tâche, parce que de nombreux pays abandonnent l’énergie atomique», a déclaré le chef d'Etat, lors d'une rencontre avec des professionnels de l'industrie nucléaire, ce 23 septembre à Moscou.

Vous fermez les centrales atomiques, vous ne voulez pas acheter notre gaz. Qu’est-ce que vous allez utiliser pour vous réchauffer ? Le bois ?

Et le dirigeant d'appuyer son propos en évoquant une boutade qu'il avait formulée lors d'un forum économique à Berlin en 2010 : «Une fois, alors que je faisais un discours en Allemagne, j’ai dit : "Vous fermez les centrales atomiques, vous ne voulez pas acheter notre gaz. Qu’est-ce que vous allez utiliser pour vous réchauffer ? Le bois ? Mais vous n’avez pas de bois, pour ça il faut aller en Sibérie"», s'est souvenu le chef d'Etat.  

Si le maître du Kremlin a souligné qu'il s'agissait d'une plaisanterie, il a ajouté qu'il existait un «problème réel» : «Comment le résoudre ? Cette tâche n’est pas facile, et [certains partenaires européens] la compliquent», a estimé Vladimir Poutine. 

En ce qui concerne la politique énergétique de l'Allemagne, l'AFP indiquait, le 20 août 2020, que le pays restait «fortement dépendant du charbon en raison de son abandon progressif du nucléaire après la catastrophe de Fukushima en 2011». L'agence ajoutait que Berlin visait, pour autant, l'abandon de sa production d'électricité à partir du charbon d'ici 2038.

En Russie en revanche, l'énergie nucléaire a toujours les faveurs du gouvernement : selon un article de juillet dernier de La Revue Générale du Nucléaire (éditée par la Société Française d'Energie Nucléaire, SFEN, qui rassemble les entreprises françaises du secteur), la Fédération de Russie «ne cesse d’investir et d’innover dans les technologies nucléaires» : à ce jour, selon la même source, la part du nucléaire dans la production énergétique de la Russie est d’environ 19%.

En ce qui concerne l'achat de gaz russe par l'Allemagne : si des voix au sein de l'Occident ont récemment appelé à compromettre le projet de gazoduc européen Nord Stream 2 en raison de l'affaire Navalny, le gaz russe représente aujourd'hui 37% du gaz utilisé en Allemagne, selon le Sénat français.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»