«Des efforts communs pour un avenir commun»: les temps forts du discours de Vladimir Poutine à l'ONU

A l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU, le président russe Vladimir Poutine a enregistré un message retransmis ce 22 septembre. Au menu de son discours : le rôle de l'organisation dans le règlement des crises et les défis liés à la pandémie.

Pour la première fois depuis cinq ans, Vladimir Poutine s'est adressé à l'Assemblée générale de l'ONU dans un contexte de la pandémie mondiale de coronavirus via un message vidéo préenregistré, dans lequel il a évoqué les problèmes les plus importants auxquels la communauté mondiale est aujourd'hui confrontée, et a rappelé la nécessité d'une coopération internationale pour y faire face. Retour sur les moments clés de son discours. 

Sur le rôle du Conseil de sécurité des Nations unies 

Vladimir Poutine a exhorté le Conseil de sécurité de l'ONU à prendre davantage en compte les intérêts de tous les pays. 

«Les changements qui sont en cours ont bien sûr un impact sur le principal organe de l'ONU, à savoir le Conseil de sécurité, sur la discussion autour des approches en vue de sa réforme. Notre logique consiste en ce que le Conseil de sécurité doit prendre plus amplement en compte les intérêts de tous les pays, toute la diversité de leurs positions, sur la base du principe du consentement le plus large possible entre les Etats. Mais en même temps, comme auparavant, [il doit] servir d'élément clé dans le système de gouvernance mondiale», a-t-il déclaré, soulignant également la nécessité d'agir ensemble sur la base des principes de l'ONU pour assurer une vie digne aux générations actuelles et futures.

Sur le sommet des membres permanents du Conseil de sécurité 

La Russie espère qu'un sommet des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU sera organisé avec les chefs d'Etats et de gouvernements physiquement présents dès que la situation épidémiologique le permettra, a affirmé le président russe.

«Nous prévoyons d'organiser une telle réunion au plus haut niveau en tête à tête dès que la situation épidémiologique le permettra», a noté Vladimir Poutine, en rappelant que dans les conditions difficiles actuelles il était important que tous les pays fassent preuve de «volonté politique, de sagesse et de prévoyance», le rôle dominant revenant ici aux membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies.

Sur le potentiel de l'OMS 

Alors que les Etats-Unis s'apprêtent à quitter l'OMS (Organisation mondiale de la santé) dans un contexte de pandémie mondiale de coronavirus qui ravage tous les pays, Vladimir Poutine a jugé que le potentiel de l'organisation devait être renforcé qualitativement, et que la Russie serait très impliquée dans ce processus, a déclaré Vladimir Poutine.

«Nous pensons que le potentiel de l'OMS doit être renforcé qualitativement, ce travail est déjà lancé et la Russie y participera de la manière la plus intéressée», a annoncé Poutine.

Sur le vaccin anti-Covid

Dans son discours, le chef de l'Etat russe a déclaré que le vaccin russe Spoutnik-V, premier vaccin enregistré contre le Covid-19, pourrait être proposé au personnel de l'ONU. Selon lui, Moscou a reçu une telle demande de la part de membres de l'organisation. 

En outre, le président a souligné que la Russie restait ouverte à une coopération internationale pour lutter contre le nouveau coronavirus. Dans cette perspective, il a annoncé une initiative consistant à tenir dans un avenir proche une conférence en ligne de haut niveau avec la participation de tous les Etats intéressés par la collaboration visant à concevoir des vaccins contre le Covid-19.

Sur l'entraide internationale

Malgré les efforts d'un grand nombre de pays afin de combattre la maladie et les exemples d'entraide et de coopération internationale pour affronter cette situation inédite, certains Etats ont fait preuve d'un véritable manque d'humanisme. Pour répondre à un tel comportement, l'ONU doit mettre en avant son autorité. 

«De nombreux pays se sont entraidés et continuent à s'entraider de manière désintéressée et ouverte. Mais il y a eu aussi des cas où il y a eu un déficit d'humanisme, si vous voulez, de bonté dans les relations au niveau interétatique, officiel», a dénoncé Vladimir Poutine. «Nous pensons que l’autorité de l’ONU pourrait contribuer au renforcement du rôle de la composante humanitaire et humaine dans les relations multilatérales et bilatérales. Il s'agit des échanges publics et au niveau de la jeunesse, des liens culturels, des programmes sociaux et d'enseignement, de coopération dans le domaine du sport, de la science, des technologies, de la protection de l'environnement et de la santé humaine», a-t-il conclu.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»