Soulignant avoir détruit tous ses stocks de Novitchok, Moscou a quelques «questions» pour Berlin

Soulignant avoir détruit tous ses stocks de Novitchok, Moscou a quelques «questions» pour Berlin© REUTERS/Michele Tantussi
La police encadre l'entrée de l'hôpital de la Charité, à Berlin.

Pointé du doigt dans l'affaire Navalny, le renseignement russe souligne que la Russie ne dispose d'aucun stock de Novitchok et ajoute que l'opposant n'avait pas de substance toxique dans son corps en quittant la Russie.

Tandis que les accusations de Paris, Washington, et Berlin (qui estime que l'opposant Alexeï Navalny a été victime d'un empoisonnement au Novitchok) se font plus pressantes, Moscou a mis les points sur les i ce 15 septembre. Sergueï Narychkine, chef du renseignement extérieur russe, a en effet souligné que la Russie ne disposait d'aucun stock de cet agent innervant et a fait part d'interrogations qu'il souhaiterait adresser à l'Allemagne.

«Ils ont été détruits en accord avec le protocole et les règlements de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques [OIAC]», a expliqué Sergueï Narychkine, dont les propos sont rapportés par les agences russes. Il a en outre déploré la «désinformation» existant selon lui sur le sujet.

«Quand Alexeï Navalny a quitté le territoire russe, il n'y avait pas de substance toxique dans son corps», a ajouté le chef du renseignement extérieur russe, soulignant avoir «beaucoup de questions à la partie allemande».

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a de son côté fait part de son «incompréhension», quant au fait que Moscou n'ait pas reçu les données demandées à Berlin sur la santé de l'opposant.

Hospitalisé le 20 août à Omsk (Sibérie) après avoir fait un malaise dans un avion le ramenant à Moscou, Alexeï Navalny a été transféré deux jours plus tard en Allemagne, à l'hôpital berlinois de la Charité. Il est désormais sorti du coma.

Citant des analyses effectuées par un laboratoire militaire, Berlin assure que l'opposant a été empoisonné à l'aide d'un agent neurotoxique de type Novitchok. Selon les autorités allemandes, qui réclament des comptes à Moscou, des laboratoires français et suédois auraient confirmé ces résultats. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»