Donald Tusk propose de nommer l’opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa au prix Nobel de la paix

Donald Tusk propose de nommer l’opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa au prix Nobel de la paix© WOJTEK RADWANSKI / AFP Source: AFP
Svetlana Tikhanovskaïa à Pologne

Ancien président du Conseil européen et chef du Parti populaire européen, Donald Tusk, a proposé de nommer l'ex-candidate à la présidentielle biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa et son mari au prix Nobel de la paix.

«Je pense que ce sera un signal fort si l'UE nomme Svetlana Tikhanovskaïa et son mari Sergueï, qui est toujours en prison, au prix Nobel de la paix afin de rendre hommage à tous les Biélorusses participant à ce mouvement le plus pacifique depuis des années», a écrit Donald Tusk sur sa page Twitter.

Plus tôt, Christian Tybring-Gjedde, un élu de la droite norvégienne, a annoncé qu'il avait proposé Donald Trump au prix Nobel de la paix 2021 pour avoir contribué à l'accord de paix entre Israël et les Emirats arabes unis. 

Le prix Nobel de la paix qui récompense la lutte pour la paix, les droits de l'Homme, la liberté et l'aide humanitaire va annoncer le nom du lauréat 2020 le 9 octobre prochain à Oslo. 

Tikhanovskaïa reçue en Pologne

Alors que les manifestations continuent à Minsk, ce 9 septembre, Svetlana Tikhanovskaïa a organisé son premier déplacement officiel à l’étranger depuis son exil en Lituanie.

A Varsovie elle a rencontré le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki qui lui a remis les clés symboliques du nouveau centre biélorusse dans la capitale polonaise, a rapporté l'Associated Press. Ce centre destiné à l'opposition biélorusse a été décoré par le drapeaux blanc-rouge-blanc utilisé par les contestataires. A l'occasion de cette rencontre le gouvernement polonais a lancé mercredi un programme de soutien aux entreprises de technologie biélorusses souhaitant s'installer en Pologne.

Donald Tusk propose de nommer l’opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa au prix Nobel de la paix© WOJTEK RADWANSKI Source: AFP
L'opposante Svetlana Tikhanovskaïa et le Premier Ministre polonais Mateusz Morawiecki

Selon Mateusz Morawiecki, Varsovie souhaite qu'en Pologne «les Biélorusses aient une maison afin qu'ils puissent continuer à se battre pour le changement». De son côté, Svetlana Tikhanovskaïa a espéré que le chemin de son pays vers la démocratie sera «beaucoup plus court» qu'il ne l'a été pour la Pologne sous domination soviétique. Par ailleurs, elle a comparé les manifestations en Biélorussie à celles organisées par le syndicat polonais Solidarité, qui avait contribué à renverser le communisme en 1989, rapporte l'AFP.

Lors d'une conférence de presse commune avec le premier ministre polonais, Tikhanovskaïa, citée par l'agence Interfax, a remercié la Pologne pour son soutien durant «cette période difficile pour la Biélorussie».

La veille, le président Alexandre Loukachenko dans le cadre de l'interview accordée aux médias russes, a exprimé l'opinion selon laquelle derrière l'opposition et le mouvement de protestation en Biélorussie, il voit les Américains qui opèrent à travers des centres en Pologne et en République tchèque. 

Chef de l'opposition en exil 

L'ex-candidate à l'élection présidentielle en Biélorussie, Svetlana Tikhanovskaïa, enseignante en anglais âgée de 37 ans et arrivée en deuxième position lors du scrutin du 9 août dernier. Elle se positionne en tant que «leader national», alors que le mouvement de contestation contre la réélection d'Alexandre Loukachenko secoue le pays depuis un mois. Svetlana Tikhanovskaïa, à la tête de l'opposition, a remplacé au pied levé son mari, le vidéaste et blogueur Sergueï Tikhanovsky, après son arrestation, en mai dernier, pour «organisation et préparation d'actions violant gravement l'ordre public».  

Cette figure de l'opposition, qui a obtenu 10% des voix lors du scrutin contre 80% au président sortant Alexandre Loukachenko selon les résultats officiels contestés par l'opposition, a décidé de quitter son pays, le 11 août dernier, pour s'exiler en Lituanie après avoir passé trois heures avec les représentants des forces de sécurité, selon son entourage. 

Depuis l'étranger et dans un contexte de manifestations qui ont viré en affrontements avec les forces de l'ordre dans plusieurs villes biélorusses, la femme politique a dénoncé le résultat «frauduleux» de cette élection présidentielle et a encouragé les dirigeants européens à ne pas reconnaître le scrutin. Svetlana Tikhanovskaïa enchaîne des rencontres avec les représentants de l'UE et des Etats-Unis. Lors de ses discours diffusés en ligne, elle appelle la communauté internationale à instaurer des sanctions contre les autorités biélorusses et à envoyer une mission de l'ONU dans le pays pour y «documenter» les violations des droits de l'Homme. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»