Equateur : Condamné en cassation, Rafael Correa affiche sa combativité

- Avec AFP

Equateur : Condamné en cassation, Rafael Correa affiche sa combativité© Francois Lenoir Source: Reuters
Rafael Correa durant une interview accordée à Reuters le 8 octobre 2019 (image d'illustration).
Suivez RT en français surTelegram

Accusé de corruption, Rafael Correa a été condamné à huit ans de prison, une sentence qui ne lui permettra pas de se présenter aux élections de février 2021 puisqu'elle le rend inéligible. Il a fermement critiqué la décision sur Twitter.

La justice équatorienne a confirmé en cassation le 7 septembre la condamnation de l'ex-président Rafael Correa à huit ans de prison pour corruption, mettant un terme à ses espoirs de briguer la vice-présidence du pays lors des élections de février prochain.

Un tribunal de la Cour suprême a, «à la majorité [...] rejeté les recours en cassation déposés par les appelants et confirme la sentence pour corruption» prononcée en avril contre l'ex-président (de 2007 à 2017) et 17 autres personnes, dont des ex-ministres et des chefs d'entreprise, selon le tribunal.

Correa fustige la décision de la Cour suprême

Rafael Correa s'est exprimé sur Twitter pour dénoncer la décision des tribunaux : «Ils l'ont finalement fait. En un temps record, ils ont obtenu une sentence "définitive" pour me disqualifier en tant que candidat. Ils ne comprennent pas que tout ce qu'ils font, c'est accroître mon soutien populaire. Je vais bien [...] Souvenez-vous : la seule chose qu'ils nous condamnent à faire, c'est de gagner.»

Rafael Correa avait annoncé mi-août son souhait de briguer la vice-présidence de son pays au sein d'une coalition de gauche, binôme d'un de ses anciens ministres et candidat à la présidence. L'ancien président se dit innocent et dénonce un complot fomenté par son rival, son ancien vice-président et actuel président, Lenin Moreno.

Il vit en Belgique depuis 2017, année de fin de son dernier mandat alors qu'il ne faisait encore l'objet d'aucun procès. Jugé par contumace, sa première condamnation en avril avait été confirmée mi-juillet en appel.

La Cour de justice a déterminé que Rafael Correa et plusieurs de ses anciens collaborateurs avaient reçu des pots-de-vin en échange de contrats avec diverses entreprises. Après un dernier recours que peut encore déposer la défense, l'ancien président sera interdit à vie de se présenter devant les électeurs, ainsi que l'établit la Constitution du pays en cas de corruption.

Rafael Correa fait également l'objet d'une enquête pour l'enlèvement en 2012 en Colombie du responsable de l'opposition Fernando Balda. Selon la législation équatorienne, il ne peut toutefois pas être jugé par contumace pour ce crime.

Rafael Correa s'était fait internationalement connaître en accordant l'asile diplomatique au fondateur de Wikileaks, Julian Assange, qui s'était réfugié dans l'ambassade d'Equateur à Londres (Royaume-Uni) en juin 2012 afin d'éviter d'être extradé vers la Suède où il était à l'époque accusé de viol et agression sexuelle.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix