De nouveaux cas de polio au Soudan sont liés à une souche vaccinale, selon l'OMS

De nouveaux cas de polio au Soudan sont liés à une souche vaccinale, selon l'OMS© Nichole Sobecki Source: AFP
Une campagne de vaccination contre la polio menée par Médecin sans frontière à Minkammen, près de Bor, au Soudan du Sud (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le 25 août, l'OMS déclarait le «poliovirus sauvage» éradiqué du continent africain. Mais début septembre, l'organisme onusien a annoncé de nouveaux cas de polio, détectés au Soudan, qui sont cette fois liés à une souche vaccinale.

Dans un communiqué paru le 1er septembre, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare que la poliomyélite est réapparue au Soudan, alors que deux enfants soudanais – l'un de l'Etat du Darfour du Sud et l'autre de l'Etat de Gedarif, près de la frontière avec l'Ethiopie et l'Erythrée – ont été paralysés en mars et avril. Tous deux avaient récemment été vaccinés contre la polio.

Selon l'OMS, les enquêtes initiales sur ces deux cas indiquent qu'ils sont liés à un «groupe» de contaminations à la polio détecté en octobre 2019 et circulant actuellement au Tchad et au Cameroun. 11 autres cas de contamination à la polio au Soudan ont été confirmés ; le virus a également été identifié dans des échantillons environnementaux. «Ainsi, entre le 9 août et le 26 août 2020, un total de 13 cas de cVDPV2 [poliovirus dérivé du vaccin de type 2] ont été signalés», résume l'organisme onusien.

«Il y a une circulation locale au Soudan et une relation de transmission avec le Tchad», a abondé l'agence des Nations unies, ajoutant que le séquençage génétique avait confirmé de nombreuses introductions du virus au Soudan depuis le Tchad, rapporte l'agence Associated Press.

«La souche sauvage n’existe plus en Afrique et le continent est maintenant libre de cette souche mais il n’est pas entièrement libre de la polio parce qu’il y a aussi ce que l’on appelle une souche dérivée vaccinale», a précisé Oliver Rosenbauer, porte-parole du programme d'éradication de la poliomyélite à l'OMS, cité par RFI.

De fait, le 25 août, l'OMS avait officiellement annoncé que le «poliovirus sauvage» (PVS), l’agent pathogène responsable de la poliomyélite, était «éradiqué» du continent africain après quatre années consécutives sans cas déclaré.

Un vaccin qui a été essentiel dans la lutte contre la polio

Ces contaminations s'expliquent par le fait que dans certains cas rares, le vaccin, qui contient un virus rendu inoffensif, peut muter et redevenir virulent.

Ce vaccin, pourtant jugé essentiel pour lutter contre la polio, pourrait ainsi être remis en question.

La poliomyélite est une maladie infectieuse aiguë et contagieuse qui touche principalement les enfants, attaquant la moelle épinière et pouvant provoquer une paralysie irréversible. La maladie, hautement infectieuse, peut se propager rapidement dans l'eau contaminée et frappe le plus souvent les enfants de moins de cinq ans.

Le 28 août, l'AFP rapportait que le ministère soudanais de la Santé, avec l'appui de l'Unicef, de l'OMS et du Programme alimentaire mondial (PAM), préparait une vaste campagne de vaccinations pour cinq millions d'enfants de moins de cinq ans.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix