Visé par une action devant la CPI, Evo Morales dénonce «une campagne de dénigrement rémunérée»

Visé par une action devant la CPI, Evo Morales dénonce «une campagne de dénigrement rémunérée» Source: Reuters
A gauche Jeanine Añez, présidente par intérim de la Bolivie, à droite Evo Morales, son prédécesseur (photomontage d'illustration).

La présidente par intérim de la Bolivie a affirmé que le Bureau du procureur général de son pays avait présenté une plainte pour crimes contre l'humanité, devant la CPI, contre l'ex-chef d'Etat Evo Morales. Celui-ci a réagi à l'annonce.

«Le Bureau du procureur général (PGE) est à la CPI [Cour pénale internationale] à La Haye pour déposer plainte contre Evo Morales et d'autres pour crimes contre l'humanité», a twitté le 4 septembre Jeanine Añez, présidente par intérim de la Bolivie depuis que son prédécesseur a été poussé à la démission, en novembre 2019, dans le cadre d'allégations de fraude électorale dont les «preuves» sont aujourd'hui réduites à peau de chagrin.

La plainte est motivée par «le siège imposé dans les villes qui a causé plus de 40 morts par manque d'approvisionnement en oxygène médical [en période de crise sanitaire]», a affirmé la dirigeante dont le gouvernement avait déjà accusé, au mois d'août, Evo Morales d'être responsable de l'installation de barrages routiers ayant bloqué des convois médicaux.

En réalité, comme le rappelle l'AFP, un Etat-partie comme la Bolivie, bien que signataire du traité de Rome, ne peut pas «porter plainte» mais demander à la procureure d'examiner telle ou telle situation. En outre, au nom du principe de complémentarité, la CPI n'intervient que si le système judiciaire national est défaillant.

Quoi qu'il en soit, le gouvernement reproche à l'ancien chef d'Etat d'avoir ordonné des barrages routiers en août pour obliger le Tribunal électoral suprême (TSE) à fixer une date pour les élections, qui ont été reportées à trois reprises en raison de la pandémie. Le TSE a finalement fixé les élections présidentielle et législatives au 18 octobre, décision qui a débouché sur la levée des barrages qui avaient provoqué des pénuries de nourriture et de médicaments, relate encore l'AFP.

Ils savent très bien que ces plaintes n'aboutiront à rien parce qu'elles sont fausses

«Le gouvernement [actuel] de la Bolivie, dénoncé par l'ONU, la CIDH, les ONG, les observatoires de Harvard et des journaux prestigieux pour massacres et violations des droits de l'homme, me poursuit maintenant, ainsi que certains leaders du peuple, devant le CPI, pour avoir défendu la démocratie ; et continue sa campagne de dénigrement rémunéré», a de son côté réagi Evo Morales sur le même réseau social, avant d'ajouter, dans une deuxième publication : «Ils savent très bien que ces plaintes n'aboutiront à rien parce qu'elles sont fausses, ce sont des écrans de fumée dans la course électorale actuelle qui tentent de détourner l'attention du peuple bolivien de la catastrophe économique, sanitaire et humanitaire qu'il traverse.»

La Bolivie, avec une population de 11 millions d'habitants, comptabilise 118 781 cas de coronavirus et 5 288 décès, selon un récent bilan cité par l'AFP. Le pays traverse une crise post-électorale depuis le scrutin d'octobre 2019. Evo Morales avait annoncé sa victoire à la présidentielle pour un quatrième mandat, mais l'opposition, appuyée par l'Organisation des Etats américains (OEA), dont le siège est basé à Washington, avait crié à la fraude. 

Le vide du pouvoir avait alors été comblé par la deuxième vice-présidente du Sénat, Jeanine Áñez, qui s'est proclamée présidente par intérim, lançant une politique en totale rupture avec celle de son prédécesseur, tant sur les questions intérieures que sur le volet des relations internationales.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»