Tensions en Méditerranée : exercice militaire conjoint de la Grèce, la France, l'Italie et Chypre

- Avec AFP

Tensions en Méditerranée : exercice militaire conjoint de la Grèce, la France, l'Italie et Chypre© FRANCK PENNANT Source: AFP
Le remorqueur français Esterel (A641) le 15 août 2014, dans la baie de Toulon, dans le sud de la France (image d'illustration).

Face à l'accroissement des tensions entre Athènes et Ankara, alliés au sein de l'OTAN, autour d'importants gisements gaziers en Méditerranée orientale, la Grèce, la France, l'Italie et Chypre conduisent un exercice militaire conjoint dans la région.

La Grèce, la France, l'Italie et Chypre doivent conduire du 26 au 28 août un exercice militaire conjoint au sud de la Crète et de Chypre, en Méditerranée orientale, où les tensions entre Athènes et Ankara se sont récemment accrues, selon le ministère grec de la Défense cité par l'AFP.

Les tensions et l'instabilité en Méditerranée orientale ont accru les disputes sur des questions concernant l'espace maritime (limitations, migrations, flux, etc.)

«Chypre, la Grèce, la France et l'Italie se sont mis d'accord pour déployer une présence commune en Méditerranée orientale dans le cadre de l'Initiative quadripartite de coopération (SQAD)», a annoncé le même ministère dans un communiqué cité par l'agence de presse française. «Les tensions et l'instabilité en Méditerranée orientale ont accru les disputes sur des questions concernant l'espace maritime (limitations, migrations, flux, etc.)», peut-on également lire dans ce document.

Selon le ministère grec de la Défense, cette initiative quadripartite «va contribuer à une présence aéronautique militaire renforcée dans la région, basée sur la compréhension mutuelle, le dialogue et la coopération». La première étape de cette initiative commune, baptisée «Evnomia», sera la concentration de moyens aériens et navals mais aussi d'effectifs de ces quatre pays dans le sud-est de la Méditerranée. Cet exercice démontre «l'engagement collectif et complet de quatre pays européens pour l'application du droit de la mer (UNCLOS) et du droit international d'usage», souligne également le communiqué.

Selon Athènes, le déploiement de bâtiments navals turcs visant notamment à mener des explorations d'hydrocarbures au large de la petite île grecque de Kastellorizo en mer Egée, sur «le plateau continental grec» est «une violation de sa souveraineté». Très proche des côtes occidentales turques, cette île cristallise la colère turque car sa souveraineté grecque prive la Turquie de dizaines de milliers de kilomètres carrés de fonds marins riches en gaz. 

La Grèce se dit «prête au dialogue» mais pas «sous un régime de menaces»

La Grèce a entrepris un marathon diplomatique auprès de ses partenaires européens et des Etats-Unis pour faire pression sur la Turquie. Le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias, cité par l'AFP, s'est dit «prêt au dialogue» mais pas «sous un régime de menaces».

Le ministère grec affirme par ailleurs, d'après le communiqué, que «la voie diplomatique reste le moyen privilégié pour régler les questions à la fois au niveau bilatéral et au niveau européen, étant donné que le dialogue peut conduire à la désescalade des tensions dans la région».

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a aussitôt averti que la Turquie ne ferait «aucune concession» pour défendre ses intérêts gaziers en Méditerranée orientale, appelant la Grèce à se garder de commettre toute «erreur» qui mènerait à sa «ruine». Le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, a quant à lui répondu qu'Ankara «était prête à un dialogue sans conditions préalables en vue d'un partage équitable», d'après l'AFP.

Pour la France, 3 avions Rafale, une frégate et un hélicoptère prendront part à cet exercice européen

De son côté, la France a averti ce 26 août la Turquie que la Méditerranée orientale ne pouvait pas constituer «un terrain de jeu» pour des «ambitions» nationales. «La Méditerranée ne doit pas être un terrain de jeu des ambitions de certains ; c'est un bien commun» où «le respect du droit international doit être la règle et non l'exception», a déclaré la ministre française des Armées Florence Parly dans un tweet, confirmant le début de cet exercice militaire conjoint. Et d'ajouter dans un second tweet : «Pour la France, trois avions Rafale, une frégate et un hélicoptère prendront part à cet exercice européen.»

«Les tensions et les tentatives de déstabilisation de la Méditerranée orientale [...] ont atteint un pic», a pour sa part estimé le ministère chypriote de la Défense, dans un communiqué cité par l'AFP.

Personne ne veut régler ce différend par des moyens militaires

«Les manœuvres qui ont eu lieu aujourd'hui n'aident pas» à faire baisser les tensions, a estimé ce 26 août la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, à l'issue d'une réunion des ministres de la Défense de l'UE à Berlin. La veille, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, dont le pays assure la présidence semestrielle de l'Union européenne, s'était rendu à Athènes et Ankara pour tenter d'apaiser ce différend entre les deux pays voisins, membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), et les inciter au dialogue sur la délimitation des eaux en Méditerranée. «Personne ne veut régler ce différend par des moyens militaires», a déclaré le chef de la diplomatie allemande avant de souligner qu'«il y a une volonté de dialogue des deux côtés».

Le différend gréco-turc sera par ailleurs à l'ordre du jour d'un conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE) les 27 et 28 août à Berlin.

Vives tensions entre Athènes et Ankara autour de vastes gisements gaziers

La découverte de vastes gisements gaziers en Méditerranée orientale ces dernières années a aiguisé l'appétit des pays riverains et renforcé les tensions entre la Turquie et la Grèce, pays voisins et alliés au sein de l'OTAN, aux relations régulièrement ponctuées de crises.

Le président français Emmanuel Macron a appelé le 12 août la Grèce et la Turquie à davantage de concertation pour apaiser les tensions en Méditerranée orientale, où il a annoncé un renforcement temporaire de la présence militaire française, selon l'Elysée.

La situation s'est détériorée le 10 août après le déploiement par Ankara son navire de recherche sismique Oruç Reis, escorté par des bâtiments militaires, dans le sud-est de la mer Egée, une zone de la Méditerranée disputée et riche en gisements gaziers. La marine grecque est également présente dans la zone pour «surveiller» les activités turques, selon Athènes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»