Navalny est désormais dans un état «stable» et peut être transféré, selon l'hôpital où il se trouve

Navalny est désormais dans un état «stable» et peut être transféré, selon l'hôpital où il se trouve© Evgenia Novozhenina Source: Reuters
L'opposant russe Alexeï Navalny en août 2019 (image d'illustration).

Le vice-directeur de l'hôpital où est soigné Alexeï Navalny a déclaré que l'équipe médicale ne s'opposerait pas à son transport «vers un autre hôpital», son état étant «stable». L'entourage de l'opposant souhaite son transfert en l'Allemagne.

«Nous avons décidé de ne pas nous opposer à son transfert dans un autre hôpital, celui que ses proches nous indiqueront», a déclaré le 21 août en fin d'après-midi aux journalistes Anatoli Kalinitchenko, vice-directeur de l'hôpital des urgences n°1 d'Omsk où l'opposant russe Alexeï Navalny a été admis, la veille, dans un état grave. Anatoli Kalinitchenko a précisé que l'état dans lequel le patient se trouvait était «suffisamment stable depuis un certain temps».

Plus tôt ce même jour, les médecins de l'hôpital avaient jugé impossible de transporter Alexeï Navalny à l'étranger, dans la mesure où son état de santé n'était alors pas suffisamment stable.

Aucun poison ou trace de poison dans le sang ou dans l'urine n'a été trouvé

Anatoli Kalinitchenko avait également fait savoir, dans la matinée, qu'«aucun poison ou trace de poison dans le sang ou dans l'urine [d'Alexeï Navalny] n'a[vait] été trouvé».

L'opposant Alexeï Navalny se rendait de Tomsk à Moscou en avion quand il a fait un malaise, le 20 août. L'appareil a dû faire un atterrissage d'urgence à Omsk. Alexeï Navalny a été admis à l'hôpital, plongé dans un coma naturel, placé en réanimation et relié à un respirateur artificiel, selon l'AFP.

Vers un transfert en Allemagne ?

L'ONG allemande Cinema for Peace a affrété un avion dans l'objectif de transporter Alexeï Navalny en Allemagne, l'entourage de l'opposant ne faisant pas confiance à l'établissement hospitalier où il est actuellement soigné. Le président de l'ONG, Jaka Bizilj, a assuré à l'AFP que l'hôpital berlinois de la Charité était prêt à accueillir Alexeï Navalny. L'appareil, selon le site Flightradar24 cité par l'agence Tass le matin du 21 août, a atterri à Omsk.

L'épouse de l'opposant Ioulia Navalnaïa, qui émet l'hypothèse d'un empoisonnement d'Alexeï Navalny, avait accusé le 21 août dans la matinée les médecins de «refuser» de le laisser quitter l'hôpital : «Nous pensons, bien sûr, que c'est pour que la substance chimique qui se trouve dans l’organisme d’Alexeï disparaisse, donc, bien sûr, on ne nous permet pas de le transporter avant que les restes de cette substance disparaissent.» Ioulia Navalnaïa avait également demandé, dans une lettre adressée au président russe Vladimir Poutine et diffusée sur Twitter, le transfert en Allemagne de son époux.

De plus, l'entourage de l'opposant russe hospitalisé à Omsk a saisi la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) ce 21 août afin que le gouvernement russe l'«autorise» à être transporté en Allemagne pour y être soigné. Plus tard ce même jour, la CEDH a enjoint à Moscou d'autoriser la famille et les médecins d'Alexeï Navalny à lui rendre visite pour s'assurer que son état de santé permet son transfert médicalisé.

A la mi-journée, une porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Maria Abebahr, avait déclaré : «Nous sommes d'ores et déjà en contact avec les autorités russes pour contribuer à une solution professionnelle et transparente de ce cas humanitaire urgent.»  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»