Guinée : le président Alpha Condé visé par une plainte pour corruption et trafic d'influence

- Avec AFP

Guinée : le président Alpha Condé visé par une plainte pour corruption et trafic d'influence© Michael TEWELDE Source: AFP
Le président guinéen Alpha Condé arrive au siège de l'Union africaine à Addis-Abeba, le 10 février 2020 (image d'illustration).

Une plainte a été déposée par un collectif d'opposants guinéens, devant le parquet national financier à Paris, contre le président de la Guinée Alpha Condé et plusieurs de ses proches, pour corruption, trafic d'influence et blanchiment de corruption.

A la veille de la désignation du candidat du parti au pouvoir en Guinée pour les élections présidentielles, un collectif d'opposants guinéens a déclaré avoir déposé plainte ce 4 août en France contre le président de la Guinée Alpha Condé et plusieurs de ses proches pour corruption, trafic d'influence et blanchiment de corruption. L'avocat du Collectif pour la transition en Guinée (CTG), Jean-Baptiste Soufron, a déclaré lors d'une conférence de presse que la plainte a été déposée devant le parquet national financier (PNF) à Paris.

«La plainte vise un ensemble d'activités qui ont eu lieu depuis 2012-2013, dont une partie à Paris, une partie en Guinée, et qui permettent de craindre des faits de corruption commis à l'avantage d'Alpha Condé, de son fils Mohamed Condé, mais aussi du ministre de la Défense Mohamed Diané», a-t-il expliqué à cette occasion. 

Des plus-values «très importantes» sans «lien avec la réalité de la situation»

Le CTG dénonce des liens opaques entre le pouvoir de Conakry et la société française Alliance minière responsable (AMR), créée en 2015 pour exploiter la bauxite en Guinée, roche servant principalement à la production d'aluminium.

Après avoir obtenu en 2017 un permis près de Boké (ouest), l'AMR avait cédé le gisement à un consortium franco-sino-singapourien pour un montant de 171 millions d'euros, selon les plaignants. 

«Cette société aurait permis à ses actionnaires et investisseurs de réaliser de très importantes plus-values, le tout à un prix qui n'a, semble-t-il, pas de lien avec la réalité de la situation de cette mine sur le terrain», a précisé l'avocat du collectif.

Et d'ajouter : «Certains membres du gouvernement étaient proches des actionnaires de cette société. Il est possible que des membres de cette société aient été impliqués dans des actions potentielles de corruption dès 2015 avec le fils d'[Alpha] Condé.»

En 2015, le PNF avait ouvert une enquête sur le financement du train de vie de Mohamed Condé lors de ses passages à Paris. 

Sollicité par l'AFP, le gouvernement guinéen n'a pas souhaité réagir. «Ce n'est que de la pure calomnie, mais en cas de diffamation nous allons saisir nos avocats», a toutefois déclaré un responsable de la présidence, précisant : «A l'approche de chaque échéance importante, comme ces élections présidentielles, nous sommes victimes de chantage.»

Une autre plainte déposée contre un proche d'Alpha Condé pour des faits de «corruption» et de «trafic d'influence»

Le parti au pouvoir en Guinée doit choisir son candidat pour la présidentielle d'octobre lors d'une convention les 5 et 6 août. Alpha Condé, 82 ans, continue à entretenir l'ambiguïté sur ses intentions. 

Persuadée qu'il briguera sa propre succession, l'opposition organise depuis octobre des manifestations contre un éventuel troisième mandat d'Alpha Condé. 

«C'est le meilleur moment pour espérer que les populations se réveillent et découvrent la réalité des pratiques financières de ce régime», a estimé ce 4 août le porte-parole du CTG, Ibrahim Sorel Keita.   

La semaine dernière, une autre plainte avait été déposée en France contre un proche d'Alpha Condé par l'association Sherpa, qui «a pour mission de combattre les nouvelles formes d'impunité liées à la mondialisation des échanges économiques et financiers et de défendre les communautés victimes de crimes économiques».

Cette plainte vise notamment des faits de «corruption» et de «trafic d'influence», et porte sur le versement par le groupe minier anglo-australien Rio Tinto d'une commission de 10,5 millions de dollars à un consultant pour la conclusion d'un accord sur un projet minier.

Le site d'informations en ligne Mediapart avait révélé en 2016 que ce consultant, un ancien banquier d'affaires français, était alors également un conseiller du président Condé.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»