Guinée : au moins neuf morts dans des manifestations contre un troisième mandat du président sortant

- Avec AFP

Guinée : au moins neuf morts dans des manifestations contre un troisième mandat du président sortant© CELLOU BINANI Source: AFP
Des Guinéens brûlent des pneus au cours d'une manifestation non autorisée contre un troisième mandat d'Alpha Condé, à Conakry le 14 octobre 2019.
Suivez RT France surTelegram

A l'appel d'un collectif d'opposition et de la société civile, des milliers de manifestants ont occupé les rues de Conakry pour exprimer leur refus de voir l'actuel chef d'Etat guinéen, Alpha Condé, briguer un troisième mandat à la tête du pays.

La capitale guinéenne Conakry a été le théâtre, le 14 octobre, de violents heurts entre les forces de sécurité et des milliers d'opposants à un troisième mandat de l'actuel président Alpha Condé. Cette journée de mobilisation à l'appel d'un collectif d'opposition et de la société civile renforce l'inquiétude dans l'éventualité où Alpha Condé, 81 ans, confirmerait son intention de briguer un troisième mandat fin 2020.

«Il a été enregistré au total environ neuf cas de décès, dont huit dans notre capitale, ainsi que de nombreux blessés», a déclaré dans un communiqué le ministre de l'Administration du territoire, le général Bouréma Condé, alors que les autorités avaient jusqu'ici confirmé seulement la mort d'un habitant de Conakry et d'un gendarme.

«Ces manifestations non-autorisées, en plus des dégâts matériels importants, ont engendré des conséquences tragiques», a-t-il ajouté. 

La quasi-totalité des quartiers périphériques de Conakry a été la proie d'affrontements entre petits groupes dressant des barricades, incendiant des pneus, lançant des pierres, et des centaines de policiers et gendarmes répliquant par des tirs de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes, mais aussi à balle réelle, a rapporté un correspondant de l'AFP. Plusieurs autres villes ont été paralysées par la contestation, ont indiqué des habitants et des journalistes sur place.

Le gouvernement a déclaré que la mobilisation était illégale faute de déclaration préalable. Il avait prévenu qu'il ne céderait pas «le moindre centimètre carré au règne de l'anarchie».

L'opposition guinéenne dénonce une dérive dictatoriale»

Le ministre de l’Intérieur, le général Bouréma Condé, a indiqué que la mobilisation s'était limitée à «quelques regroupements et échauffourées». Plusieurs personnes ont été arrêtées et les forces de l’ordre maîtrisent globalement la situation, a-t-il affirmé dans un communiqué.

La tension n'a cessé de monter depuis l'appel à la manifestation lancé il y a une semaine par le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC). Cette coalition rassemblant des partis d'opposition, des syndicats et des membres de la société civile s'oppose résolument à une révision de la Constitution évoquée par le pouvoir. Elle permettrait à Alpha Condé de se présenter pour un troisième mandat, alors que la Constitution en limite le nombre à deux.

L'opposition s'attend à ce qu'il officialise bientôt la tenue d'un référendum constitutionnel. Elle dénonce un projet de coup d'Etat institutionnel et la dérive «dictatoriale» de celui qui fut lui-même un opposant historique ayant connu la prison pour son engagement contre différents régimes autoritaires, avant de devenir le premier président démocratiquement élu de cette ex-colonie française d'Afrique de l'Ouest.

Lire aussi : Egypte: manifestation place Tahrir au Caire pour réclamer le départ d'Abdel Fattah al-Sissi (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix