Révision de la constitution guinéenne : Alpha Condé en route vers un troisième mandat ?

Révision de la constitution guinéenne : Alpha Condé en route vers un troisième mandat ?© CELLOU BINANI Source: AFP
Le président guinéen Alpha Condé salue ses partisans réunis à Conakry, le 31 octobre 2019 (image d'illustration).

Alpha Condé a annoncé le 19 décembre qu’un nouveau projet de constitution serait soumis à référendum. Pour l’opposition, le chef d’Etat, qui garde le mystère sur ses intentions, souhaite se maintenir au pouvoir à la faveur de cette révision.

Dans la soirée du 19 décembre, le président guinéen Alpha Condé a annoncé qu’il soumettrait par voie référendaire un nouveau projet de constitution. Pointant les «lacunes et incohérences» de l’actuelle norme fondamentale, le chef d’Etat guinéen a chargé son Premier ministre de mener «une vaste consultation de toutes les couches de la communauté nationale» afin de «recueillir leurs préoccupations».

«Après examen de projet de Constitution par la Cour constitutionnelle et réception de l’avis conforme de celle-ci, j’ai décidé de rendre public le contenu du texte»a-t-il poursuivi. Si, dans le nouveau texte présenté, l'article 40 stipule que «le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de six ans, renouvelable une fois», Alpha Condé, à la tête du pays depuis 2010, n'a pas pour l'heure précisé si la révision qu’il souhaitait entreprendre allait de facto remettre les compteurs à zéro et lui permettre ainsi de se représenter à nouveau à l'élection présidentielle prévue en 2020. 

Un silence qui en dit long pour l'opposition guinéenne : «Il s'agit ni plus ni moins d'un coup d'Etat constitutionnel», a déclaré ce 20 décembre à l'AFP Fodé Oussou Fofana, vice-président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principale force d'opposition. «Modifier une Constitution ou adopter une nouvelle Constitution pour se maintenir au pouvoir et empêcher l'alternance démocratique est une forfaiture, une haute trahison sévèrement condamnée par la Constitution du 7 mai 2010» et par les organisations africaines, a-t-il ajouté. 

Evoquée fin septembre par le chef de l’Etat lui-même, cette révision constitutionnelle avait provoqué la colère de la rue : le 14 octobre, des heurts avaient en effet éclaté dans la capitale Conakry entre forces de l’ordre et manifestants qui accusent le président guinéen de vouloir se maintenir au pouvoir. Dans un communiqué, le ministre de l'Administration du territoire, le général Bouréma Condé, avait alors fait état de la mort de neuf personnes.

Lire aussi : Guinée : au moins neuf morts dans des manifestations contre un troisième mandat du président sortant

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»