Damas qualifie de «vol» la signature d'un accord pétrolier au nord-est de la Syrie

- Avec AFP

Damas qualifie de «vol» la signature d'un accord pétrolier au nord-est de la Syrie© DELIL SOULEIMAN Source: AFP
Puits de pétrole au nord-est de la Syrie dans la province d'Hasakeh (image d'illustration).

Les autorités syriennes se sont insurgées contre un accord passé entre «la milice des FDS et une compagnie pétrolière américaine pour voler le pétrole syrien», qui avait été précédemment confirmé par Washington.

Damas a condamné le 2 août un accord conclu entre une compagnie pétrolière américaine et l'administration semi-autonome kurde dans le nord-est de la Syrie morcelée par la guerre, dénonçant un «vol» et une atteinte à la souveraineté du pays.

L'immense majorité des champs pétroliers, dans l'est et le nord-est du pays, échappent à l'autorité du gouvernement syrien. Ils sont contrôlés essentiellement par les Kurdes, soutenus par des troupes américaines sur place, qui en ont fait la principale source de revenus de leur administration semi-autonome.

Ni l'administration semi-autonome kurde ni les Forces démocratiques syriennes (FDS) n'ont communiqué sur ce dossier, alors qu'à Washington, des responsables ont confirmé un accord «pour moderniser les champs pétroliers du nord-est syrien» sans plus de détails. 

Le ministère syrien des Affaires étrangères a dénoncé un «accord signé par la milice des FDS et une compagnie pétrolière américaine pour voler le pétrole syrien [...] avec le soutien de l'administration américaine», dans un communiqué cité par l'agence officielle Sana.

Un «accord entre des voleurs qui volent et des voleurs qui achètent»

Le texte dénonce «un accord entre des voleurs qui volent et des voleurs qui achètent», y voyant «une atteinte à la souveraineté syrienne».

Le communiqué fustige également «l'approche américaine hostile à la Syrie : le vol des richesses du peuple syrien et l'entrave des efforts de l'Etat en vue de la reconstruction».

Le 30 juillet, lors d'une audience au Congrès américain à Washington, le sénateur Lindsey Graham a assuré avoir évoqué l'accord avec le commandant en chef des FDS, Mazloum Abdi.

Apparemment, ils ont signé un accord avec une compagnie pétrolière américaine

«Apparemment, ils ont signé un accord avec une compagnie pétrolière américaine pour moderniser les champs pétroliers du nord-est syrien», a-t-il dit.

Interrogé par Lindsey Graham lors de cette audience, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a confirmé le soutien de Washington. «L'accord a pris plus longtemps que ce que nous espérions, nous en sommes maintenant à sa mise en œuvre. Il peut être très puissant», a-t-il ajouté.

La guerre qui dévaste la Syrie depuis 2011 a coûté des dizaines de milliards de dollars au secteur des hydrocarbures. Les combats ont parfois ravagé les infrastructures, cibles des convoitises des différents belligérants.

Avant le conflit, la production de pétrole brut syrien atteignait près de 400 000 barils par jour. Aujourd'hui, elle s'est effondrée.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»