«Chien juif !» : en visite surprise en Libye, BHL se fait refouler par des milices locales

«Chien juif !» : en visite surprise en Libye, BHL se fait refouler par des milices locales© Christian Hartmann Source: Reuters
Vidéo
Bernard-Henri Lévy, le 28 février 2020, à l'hôtel des Invalides de Paris (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Bernard-Henri Lévy a été accueilli par des insultes antisémites lors de sa venue surprise à Tarhounah en Libye. Sur les réseaux sociaux, le philosophe interventionniste a expliqué avoir voulu réaliser un reportage sur des crimes de guerre présumés.

Avocat le plus zélé de l'intervention de la France en Libye en 2011, qui avait conduit à la chute de Mouammar Kadhafi et au chaos qui sévit actuellement dans le pays, Bernard-Henri Lévy s'est rendu sur place pour effectuer un reportage. 

Pour expliquer sa présence sur place le 25 juillet, il a déclaré sur les réseaux sociaux : «Le charnier de Tarhounah […] 47 cadavres, dont des enfants, mains liées dans le dos, ont récemment été découverts : ils ont souffert le martyre imposé par des proxis pro-Haftar. Mon chagrin. Ma colère.» 

Sa présence dans la ville de Tarhounah, située à une centaine de kilomètres au sud-est de Tripoli, ne semble pas avoir fait l'unanimité. Des images, qui montreraient des miliciens pro-GNA (fidèles au gouvernement de Fayez al-Sarraj soutenu par l'ONU) lui barrer la route et tirer des coups de feu en direction de son convoi, assorties d'insultes antisémites telles que «chien juif», ont été diffusées sur les réseaux sociaux. 

«Une milice affiliée au GNA a ouvert le feu sur le convoi de Bernard-Henri Lévy, le repoussant hors des limites administratives de Tarhounah», a rapporté Libya al-Ahrar, la chaîne de télévision privée émettant depuis Doha (Qatar), citée par La Repubblica

Dans un communiqué diffusé sur Twitter, le président du Haut Conseil d'Etat, Khaled al-Michri, s'est dit «surpris que le philosophe ait été autorisé à entrer dans la ville, étant donné le soutien de la France au seigneur de guerre Khalifa Haftar». Il a également demandé «aux autorités concernées d'enquêter». 

Bernard-Henri Lévy a fait état d'incidents sur son compte Twitter. «Juste après mon reportage sur les charniers. Voilà la véritable police libyenne qui protège la presse libre. Bien différente des voyous qui ont essayé de bloquer mon convoi lors de mon retour vers Misrata. Le reportage complet sera bientôt publié», a-t-il tweeté en partageant une photo d'hommes cagoulés en armes. 

Citant des sources locales, le média italien La Repubblica assure que BHL aurait été invité par le ministre de l'Intérieur Fathi Bashagha, mais sans l'accord du reste du gouvernement d'union nationale. Une information confirmée par l'AFP ce 26 juillet.

Après la reconquête de la région face aux forces du général Haftar en juin dernier, le GNA a affirmé avoir découvert plusieurs charniers, dont les victimes auraient été exécutées par ces troupes accusées d'être soutenues par la France. L'ONU a diligenté une enquête à ce sujet. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix