La France, l'Italie et l'Allemagne réclament la fin de «toutes les ingérences» étrangères en Libye

- Avec AFP

La France, l'Italie et l'Allemagne réclament la fin de «toutes les ingérences» étrangères en Libye© Costas Baltas Source: Reuters
Le drapeau libyen (image d'illustration).

Dans un communiqué commun, Paris, Rome et Berlin exhortent les parties libyennes à arrêter tout combat «immédiatement et sans condition». Les trois pays appellent également à mettre fin à toute ingérence étrangère en Libye.

Paris, Rome et Berlin appellent à la fin de «toutes les ingérences» d'acteurs étrangers en Libye et exhortent les parties libyennes à «cesser immédiatement et sans condition les combats», dans un communiqué commun diffusé le 25 juin dans la soirée. «Face au risque croissant de dégradation de la situation en Libye et d'escalade régionale, la France, l'Allemagne et l'Italie appellent toutes les parties libyennes à cesser immédiatement et sans condition les combats et à suspendre le renforcement en cours des moyens militaires à travers le pays», soulignent les trois pays européens.

Ceux-ci «exhortent également les acteurs étrangers à mettre un terme à toutes les ingérences et à respecter pleinement l'embargo sur les armes établi par le Conseil de sécurité des Nations unies», d'après le communiqué. 

Le 24 juin, le ministre italien des Affaires étrangères Luigi di Maio, en visite à Tripoli, et le chef du GNA, avaient déjà appelé à la fin des interventions étrangères dans ce pays en guerre.

La Libye est minée par les violences et les luttes de pouvoir depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Deux autorités rivales se disputent le pouvoir depuis 2015 : le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, établi en vertu d'un accord parrainé par l'ONU et ayant son siège à Tripoli (ouest), et un pouvoir incarné par le maréchal Khalifa Haftar dans l'est.

La Turquie est devenu le principal soutien international du GNA de Tripoli, qui a repris début juin le contrôle de l'ensemble du nord-ouest de la Libye en faisant reculer les forces du maréchal Khalifa Haftar. Les forces du GNA visent désormais la ville côtière de Syrte (450 kilomètres à l'est de Tripoli), verrou stratégique vers l'est contrôlé par le maréchal Haftar.

La France, bien qu'elle s'en défende publiquement, est accusée par Ankara et nombre d'analystes d'appuyer le maréchal Haftar. Le président français Emmanuel Macron a dénoncé le 22 juin le «jeu dangereux» de la Turquie en Libye dans lequel il voit une nouvelle démonstration de la «mort cérébrale» de l'OTAN. Le lendemain, Ankara a répliqué en retournant la formule du président français à son endroit.

Le 20 juin, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, principal soutien du maréchal avec les Emirats arabes unis, avait prévenu que toute avancée des pro-GNA vers Syrte pourrait entraîner une intervention «directe» du Caire. Le GNA, reconnu par l'ONU, a dénoncé comme une «déclaration de guerre» les menaces de l'Egypte.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»