Russie : l'historien Iouri Dmitriev condamné à trois ans et demi de prison pour violences sexuelles

- Avec AFP

Russie : l'historien Iouri Dmitriev condamné à trois ans et demi de prison pour violences sexuelles© Anton Vaganov Source: Reuters
L'historien russe Iouri Dmitriev escorté par la police à sa sortie du tribunal à Petrozavodsk, en Russie, le 22 juillet 2020.

L'historien russe Iouri Dmitriev, connu pour ses recherches sur les disparus sous les purges staliniennes, a été condamné mercredi 22 juillet à trois ans et demi de prison pour «violences à caractère sexuel».

L'avocat de l'historien russe Iouri Dmitriev, Viktor Anoufriev, a indiqué ce 22 juillet aux journalistes que le tribunal de Petrozavodsk (nord-ouest) avait reconnu son client coupable de «violences à caractère sexuel» sur sa fille adoptive et l'avait condamné à «trois ans et demi de colonie pénitentiaire».

Après avoir déjà passé plusieurs années en détention préventive, «il lui reste donc 3,5 mois de prison» à effectuer, a poursuivi l'avocat en évoquant une possible libération en novembre. Le Parquet avait requis 15 ans de prison contre l'historien.

«Iouri [Dmitriev] a réagi très positivement à ce verdict. C'est une personne très résistante, il sait qu'il n'est pas coupable», a affirmé Viktor Anoufriev.

Membre de l'ONG Mémorial, spécialisée dans la documentation des répressions de l'époque soviétique, Iouri Dmitriev rejette ces accusations qui, selon selon ses partisans, viseraient son travail sur des sujets sensibles sur la période soviétique.

Iouri Dmitriev avait été arrêté une première fois en 2016, accusé d'avoir réalisé des images «pornographiques» de sa fille adoptive, puis il avait été acquitté en avril 2018. La Cour suprême de Carélie avait cassé cette décision deux mois plus tard et ordonné un deuxième procès, cette fois pour «violences à caractère sexuel sur un mineur».

Iouri Dmitriev a notamment a passé près de 30 ans à dresser la liste de 40 000 noms de personnes qui, selon ses travaux, ont été déportées ou exécutées sous Staline en Carélie, une région russe frontalière de la Finlande.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»