Russie : une journaliste écope d'une amende pour «justification du terrorisme»

Russie : une journaliste écope d'une amende pour «justification du terrorisme»© Olga MALTSEVA Source: AFP
La journaliste russe Svetlana Prokopyeva se présente à une audience à Pskov le 6 juillet 2020.

La journaliste russe Svetlana Prokopyeva a été condamnée à environ 6 000 euros d'amende pour «justification du terrorisme». Cette dernière était jugée pour avoir trouvé des justifications politiques à l'auteur d'un attentat-suicide en 2018.

Un tribunal régional de la ville de Pskov (nord-ouest de la Russie) a condamné le 6 juillet la journaliste russe Svetlana Prokopyeva à une amende de 500 000 roubles (environ 6 160 euros), alors que le parquet avait requis six ans d'emprisonnement et une interdiction d'exercer son métier pendant quatre ans, pour «justification du terrorisme» dans l'un de ses articles publié en 2018.

Quelques jours après un attentat-suicide à la bombe commis le 31 octobre 2018 par un jeune homme de 17 ans, se revendiquant anarchiste, dans le bâtiment du Service fédéral de sécurité (FSB) d'Arkhangelsk (nord-ouest), Svetlana Prokopyeva avait lu à l'antenne locale de la radio Echo de Moscou (Ekho Moskvy) une chronique dans laquelle elle avait lié cet attentat au climat politique instauré dans le pays. La journaliste russe de 40 ans avait ainsi soutenu que le kamikaze avait agi en réponse à des «actions répressives» du gouvernement et de la police russe.

L'attaque avait blessé trois membres des services de sécurité en plus d'avoir coûté la vie à son auteur.

Le succès le plus important est de ne pas avoir été interdite d'exercer ma profession

Au cours du procès, Svetlana Prokopyeva, qui travaille pour le service russe du média américain Radio Free Europe/Radio Liberty, a déclaré qu’elle n'avait rien fait de contraire à son devoir professionnel. Son objectif était selon elle d'empêcher de futures attaques terroristes. Elle avait dénoncé une «vengeance» des services de sécurité pour ses «critiques violentes et manifestement justes». «Le succès le plus important est de ne pas avoir été interdite d'exercer ma profession», a-t-elle confié à la presse locale en sortant du tribunal. Elle a annoncé en outre qu'elle allait faire appel de sa condamnation. 

L'organisation Reporters Sans Frontières (RSF) s'est dit «soulagée» que la journaliste n'aille pas en prison à l'annonce du jugement. Human Rights Watch a dénoncé de son côté un «précédent dangereux» après cette condamnation. Plusieurs de ses soutiens ont manifesté à Pskov et à Moscou les jours précédent cette condamnation.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»