Russie : jusqu'à 7 ans et demi de détention requis contre des jeunes accusés d'extrémisme

- Avec AFP

Russie : jusqu'à 7 ans et demi de détention requis contre des jeunes accusés d'extrémisme© Mikhail Voskresekski Source: Sputnik
Viatcheslav Krioukov, Rouslan Kostylenko, Petr Karamzine, Dmitri Poletaev (de gauche à droite) lors de l’audience au tribunal Lioublinski, le 14 juillet 2020

Le parquet a requis des peines allant de 4 ans avec sursis jusqu'à 7 ans et demi de détention en colonie pénitentiaire contre sept jeunes inculpés pour avoir planifié des actes «extrémistes». Les accusés dénoncent une affaire montée de toutes pièces.

Le 14 juillet, le procureur a requis respectivement 6 ans, 6 ans et demi, et 7 ans et demi de détention en colonie pénitentiaire pour Viatcheslav Krioukov (22 ans), Petr Karamzine (34 ans) et Rousslan Kostylenkov (27 ans), accusés d'avoir créé une «organisation extrémiste». Tous les trois sont en détention provisoire depuis mars 2018. Pour quatre autres, parmi lesquels Anna Pavlikova (20 ans), le parquet a requis des peines allant de 4 à 6 ans et demi de prison avec sursis, pour les mêmes faits, niés par les accusés. Ces derniers assurent que l'affaire a été montée de toutes pièces.

La prochaine audience a été fixée au 21 juillet.

Selon les enquêteurs, l'organisation, qui avait été infiltrée par des agents des services de sécurité, a été montée afin de «redonner sa gloire d’antan à la Russie» et de proposer des financements pour des formations au maniement d'armes, avec pour objectif de renverser l'ordre constitutionnel et de participer à des «actions révolutionnaires». 

Connue en Russie sous le nom de «Nouvelle grandeur», l'affaire a éclaté en 2018 lorsque dix personnes ont été arrêtées, mais depuis février 2020, elle piétinait, le procès ayant notamment été reporté à plusieurs reprises en raison de la crise sanitaire.

Parmi les dix accusés, deux personnes ont été condamnées à des peines avec sursis, après avoir accepté de coopérer avec les enquêteurs. Une troisième a fui en Ukraine, où elle a demandé l'asile politique.

Les accusés affirment pour leur part que les agents infiltrés ont participé eux-mêmes à la formation de cette organisation en rédigeant des textes fondateurs et en finançant des entraînements au tir. 

Cette affaire qui a suscité un tollé médiatique est connue au plus haut niveau de l'Etat. Vladimir Poutine, en décembre 2019, avait commenté ce procès controversé en demandant au Parquet général «de suivre de près» cette affaire. Le président russe, citant le parquet, avait souligné que l'organisation visait au «renversement» du gouvernement en se préparant «notamment à commettre des actes terroristes». «Ce sont des choses sérieuses», avait poursuivi Vladimir Poutine, cité par l'agence RIA Novosti. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»