La France «déplore» la conversion en mosquée de Sainte-Sophie, «symbole de la liberté de religion»

- Avec AFP

La France «déplore» la conversion en mosquée de Sainte-Sophie, «symbole de la liberté de religion»© Ozan KOSE Source: AFP
Des fidèles prient près de Sainte Sophie, le 10 juillet 2020, afin de célébrer la décision de justice ouvrant la voie à sa transformation en mosquée (image d'illustration).

Jean-Yves Le Drian a déclaré que la France «déplor[ait]» les décisions des autorités turques de transformer l'ex-basilique Sainte-Sophie d'Istanbul de musée en mosquée. D'autres pays tels que la Grèce et les Etats-Unis ont exprimé leur indignation.

«La France déplore la décision du Conseil d'Etat turc de modifier le statut de musée de Sainte-Sophie et le décret du Président Erdogan la plaçant sous l'autorité de la direction des affaires religieuses. Ces décisions remettent en cause l'un des actes les plus symboliques de la Turquie moderne et laïque», a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, selon un communiqué.

«L'intégrité de ce joyau religieux, architectural et historique, symbole de la liberté de religion, de tolérance et de diversité, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, doit être préservé», a ajouté le ministre.

Washington et Athènes s'indignent également

Cette déclaration vient s'ajouter aux condamnations ou regrets exprimés par d'autres pays, après la décision du président turc Recep Tayyip Erdogan, conforté par une décision de la justice administrative, de transformer en mosquée ce monument mondialement connu et inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Ainsi, la porte-parole de la diplomatie américaine, Morgan Ortagus, a déclaré le 10 juillet : «Nous sommes déçus par la décision du gouvernement turc de changer le statut de  Sainte-Sophie», exhortant les autorités turques à garantir un accès égal à tous les visiteurs. De plus, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a déclaré que son pays «condamn[ait] avec la plus grande fermeté» la décision de la justice turque ouvrant la voie à la transformation de Sainte-Sophie.

Côté russe, le Kremlin a pour sa part relevé que Sainte-Sophie avait «une valeur sacrée» pour les Russes, tout en jugeant que la question de la reconversion ou non du lieu relevait «des affaires intérieures de la Turquie».

Le chef d'Etat turc a garanti que Sainte-Sophie «comme toutes les autres mosquées», resterait ouvertes «à tous, Turcs et étrangers, musulmans et non-musulmans».

Basilique byzantine pendant près de neuf siècles, le monument avait été transformé en mosquée après l'invasion ottomane de Constantinople en 1453, jusqu'à ce que le premier président de la République turque, Mustafa Kemal, le transforme en musée en 1934, soucieux de «l'offrir à l'humanité».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»