Hong Kong : la loi sur la sécurité promulguée 23 ans après la rétrocession du territoire à la Chine

Hong Kong : la loi sur la sécurité promulguée 23 ans après la rétrocession du territoire à la Chine© Tyrone Siu Source: Reuters
Des hommes sont arrêtés par la police anti-émeute lors d'une marche contre la loi sur la sécurité nationale à l'anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine de la Grande-Bretagne à Hong Kong, le 1er juillet 2020.

Hong Kong célèbre ce 1er juillet le 23e anniversaire de sa rétrocession à la Chine alors que celle-ci y a imposé la veille sa nouvelle loi sur la sécurité nationale. Les pays occidentaux ont appelé à réagir fermement.

La loi sur la sécurité nationale à Hong Kong est entrée en vigueur le 30 juin, soit un peu plus d'un an après le début des manifestations monstres dans le territoire autonome contre l'influence du gouvernement central jugé pro-Pékin. Elle coïncide avec le 23e anniversaire, le 1er juillet, de la rétrocession de Hong Kong à la Chine par le Royaume-Uni.

Jugée controversée, la loi est accusée d'être une tentative d'étouffement de l'opposition à Hong Kong. Elle prévoit que la justice chinoise soit compétente pour les atteintes «graves» à la sécurité. Les peines encourues par les accusés vont jusqu'à la prison à perpétuité. 

Promulguée par le président Xi Jinping après avoir été adoptée par le comité permanent du Parlement, une instance soumise au Parti communiste chinois (PCC), le texte permet de réprimer quatre types de crimes contre la sécurité de l'Etat : les activités subversives, la sécession, le terrorisme et la collusion avec des forces étrangères.

Vingt-sept pays du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, dont la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et le Japon, ont condamné cette nouvelle loi, tandis que les Etats-Unis ont menacé la Chine de représailles, promettant de ne pas «rester les bras croisés».

Les Etats-Unis ne resteront pas les bras croisés pendant que la Chine engloutit Hong Kong dans sa gueule autoritaire

Le chef de la diplomatie américaine a d'ailleurs menacé Pékin de nouvelles représailles, déplorant un «triste jour» pour Hong Kong. «Aujourd'hui est un triste jour pour Hong Kong, et pour tous les amoureux de la liberté en Chine», a dénoncé le secrétaire d'Etat dans un communiqué. «Les États-Unis ne resteront pas les bras croisés pendant que la Chine engloutit Hong Kong dans sa gueule autoritaire», a-t-il tonné

«Conformément aux instructions du président Trump, nous éliminerons les exemptions politiques qui accordent à Hong Kong, un traitement différent et spécial, à quelques exceptions près», a prévenu Mike Pompeo. Fin mai, Washington avait déjà frappé fort en révoquant le statut commercial préférentiel de Hong Kong. Le Sénat des Etats-Unis avait approuvé la semaine précédente à l'unanimité un texte prévoyant des sanctions automatiques contre les responsables chinois qui violent les obligations internationales de la Chine en faveur de l'autonomie de Hong Kong.

Vous pourrez encore exister pendant longtemps, vous pourrez toujours avoir des vues politiques différentes

Après ces annonces, Pékin a fustigé «une logique de bandits» au lendemain de la promulgation de la loi. «Nous ne vous avons pas provoqués. De quel droit êtes-vous agressifs avec nous?», s'est interrogé le 1er juillet devant la presse le directeur adjoint du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao, Zhang Xiaoming, estimant que la loi imposée le 30 juin, ne «regardait pas» les pays étrangers. «Quant aux pays qui ont déclaré qu'ils imposeraient de lourdes sanctions à certains responsables chinois, je considère qu'il s'agit d'une logique de bandits», a-t-il poursuivi. Pour Zhang Xiaoming, la nouvelle loi «ne vise pas à faire de l'opposition et du camp pro-démocratie d'hypothétiques ennemis», avant de déclaré à l'adresse des opposants hongkongais que «vous pourrez encore exister pendant longtemps, vous pourrez toujours avoir des vues politiques différentes».

Une protection des droits et des libertés essentielles pour l'Union européenne 

L'Union européenne a quant à elle jugé «essentielle» le 1er juillet la protection des droits et des libertés des habitants de Hong Kong, dans une déclaration du chef de sa diplomatie Josep Borrell.

Ces droits sont notamment «la liberté de parole, des médias, d'association, de se réunir et de manifester», précise Josep Borrell, alors que de premières arrestations ont eu lieu dans l'ancienne colonie britannique. 180 manifestants ont en effet été arrêtés, dont sept en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité nationale, «pour participation à des rassemblements non autorisés, trouble à l'ordre public, possession d'armes offensives et autres infractions connexes». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»