Les manifestations et émeutes aux Etats-Unis prennent une résonance mondiale

Les manifestations et émeutes aux Etats-Unis prennent une résonance mondiale© EDUARDO MUNOZ Source: Reuters
Voiture de police taggée à New York.

La vague de manifestations et d'émeutes qui parcourt les Etats-Unis depuis la mort de George Floyd a obtenu une résonnance mondiale. Des marches contre le racisme ont lieu à l'étranger et des gouvernements réagissent à la situation américaine.

Mise à jour automatique
  • Dans un communiqué, la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Michelle Bachelet déclare que «[le]virus [du Covid-19] révèle des inégalités endémiques trop longtemps ignorées» et ajoute qu'«aux Etats-Unis, les manifestations provoquées par la mort de George Floyd mettent en évidence non seulement les violences policières contre les personnes de couleur, mais aussi les inégalités dans la santé, l'éducation, l'emploi et la discrimination raciale endémique».

  • Le ministre allemand des Affaires étrangères a estimé ce 2 juin que les manifestations pacifiques aux Etats-Unis étaient «compréhensibles et plus que légitimes». Lors d'une conférence de presse avec son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba, Heiko Maas a déclaré : «Pour nous [...] la règle est que la protestation pacifique doit toujours être possible, mais elle doit être pacifique»

    Interrogé par les journalistes sur les manifestations dans de nombreuses villes américaines, le ministre ajoute que «je veux également dire mon espoir que ces manifestations pacifiques ne conduiront pas à de nouvelles violences et, plus encore, mon espoir que ces manifestations rendront les choses différentes aux Etats-Unis».

  • L'Union européenne est choquée par la mort de l'Américain George Floyd et déplore l'usage excessif de la force par les membres des forces de l'ordre, d'après une déclaration ce 2 juin du chef de la diplomatie européenne.

    «Ici, en Europe, comme la population des Etats-Unis, nous sommes choqués et consternés par la mort de George Floyd. Je pense que toutes les sociétés doivent rester vigilantes face à l'usage excessif de la force par les gardiens de l'ordre», a déclaré l'Espagnol Josep Borrell lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

  • Marine Le Pen a critiqué ce 2 juin les «qui se réjouissent de ces scènes de guerre civile, de lynchage, de pillage [aux Etats-Unis] et qui expriment le souhait de voir importer ces guerres raciales sur le territoire national», citant le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon, qui a récemment loué la «révolution citoyenne» américaine.

     

  • Le président américain Donald Trump a annoncé le soir du 1er juin le déploiement de «milliers de soldats lourdement armés» et policiers à Washington, en jugeant que les troubles de la veille dans la capitale fédérale étaient «une honte».

    Appelant les gouverneurs à prendre les mesures nécessaires pour «dominer les rues» et dénonçant des actes de «terrorisme intérieur», Donald Trump a promis de restaurer l'ordre aux Etats-Unis.

    Tandis qu'il s'exprimait dans les jardins de la Maison Blanche, la police a effectué des tirs de gaz lacrymogène pour tenter de disperser des manifestants rassemblés à l'extérieur de l'enceinte, a constaté l'AFP.

  • L'ancienne star de la boxe Floyd Mayweather va financer les frais funéraires de George Floyd, mors lors de son interpellation le 25 mai à Minneapolis, a annoncé l'un de ses représentants.

    Le boxeur «se mettra probablement en colère contre moi pour avoir dit cela, mais oui, il va vraiment payer pour les funérailles», a déclaré sur ESPN Leonard Ellerbe, président de Mayweather Promotions. 

    Il a ajouté que l'ancien boxeur, champion du monde dans cinq catégories différentes et invaincu en 50 combats, avait été en contact avec la famille de George Floyd, par l'entremise d'un ami commun, et que celle-ci avait accepté son offre.

  • La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam a accusé les Etats-Unis d'avoir «deux poids, deux mesures» dans leur réponse aux émeutes et averti que les restrictions américaines contre Hong Kong nuiraient «à leurs propres intérêts».

    L'ex-colonie britannique a connu de juin à décembre son plus important mouvement de contestation de la tutelle chinoise depuis sa rétrocession en 1997. Les manifestations ont souvent dégénéré en violences entre radicaux et forces anti-émeutes qui ont arrêté plus de 9 000 personnes.

    Washington s'est montré particulièrement critique de la réponse des autorités hongkongaises au mouvement de contestation. 

  • La ville de New York a été à son tour placée sous couvre-feu depuis le 1er juin, en raison des émeutes provoquées par la mort de George Floyd aux mains de la police, ont annoncé le maire Bill de Blasio et le gouverneur Andrew Cuomo.

    «J'ai parlé au gouverneur [de New York]Andrew Cuomo et pour la sécurité de tous, nous avons décidé de mettre en place un couvre-feu pour la ville de New York ce soir : il entrera en vigueur à 23h et sera levé à 5h du matin», avait indiqué dans un tweet le maire de la capitale économique américaine, emboîtant le pas à une quarantaine d'autres villes ayant déjà pris cette mesure.

  • Une autopsie indépendante, contredisant la première, conclut que George Floyd est mort asphyxié par la pression des officiers de police sur son cou et son dos.

  • Prenant position quant à l'actualité aux Etats-Unis, Jean-Luc Mélenchon exprime sa «solidarité» envers les «antifas» pourchassés par Donald Trump. «A bas le racisme ! #BlackLivesMatter», poursuit le leader de La France insoumise.

    La veille, le président américain avait annoncé son intention de faire de la mouvance d'extrême-gauche «antifa» (qu'il tient pour responsable des émeutes qui secouent le pays) une «organisation terroriste».

Découvrir plus

Plusieurs villes américaines sont le théâtre de manifestations contre les violences policières et contre le racisme, mais aussi d'émeutes et de pillages, depuis la mort de George Floyd lors de son interpellation le 25 mai. Les autorités de plusieurs villes ont imposé des couvre-feux et fait appel aux soldats de la Garde nationale pour rétablir l'ordre.

Le président américain Donald Trump, qui a affirmé que la famille de George Floyd avait «droit à la justice», accuse les autorités locales démocrates de faiblesse face aux violences et appelle à la fermeté face aux émeutiers. Il a par ailleurs assimilé le mouvement «antifa» à des terroristes, et accusé une partie de la presse d'attiser la «haine et l'anarchie». Son rival démocrate à la future élection présidentielle, Joe Biden, a de son côté déclaré avoir participé à une manifestation contre le racisme à Wilmington, dans le Delaware. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»