Accusé par Washington de soutenir des mercenaires en Libye, Moscou dément et évoque une «fake news»

Accusé par Washington de soutenir des mercenaires en Libye, Moscou dément et évoque une «fake news»© Esam Omran Al-Fetori/File Photo Source: Reuters
Des membres de l'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, quittent Benghazi pour soutenir une offensive menée sur Tripoli, le 13 avril 2019 (image d'illustration).

Le général commandant les forces américaines en Afrique, Stephen Townsend, a accusé le 26 mai la Russie d'étendre «son empreinte militaire en Afrique en utilisant des groupes de mercenaires». «Une autre histoire d'horreur américaine», selon Moscou.

L'armée américaine a accusé, le 26 mai, la Russie d'avoir récemment dépêché des avions de chasse en Libye pour soutenir des mercenaires au sol, combattant aux côtés du maréchal Khalifa Haftar, le chef de l'Armée nationale libyenne (ANL), dans le conflit qui déchire le pays depuis 2016. De son côté, Moscou a démenti tout rôle sur place.

Moscou accusé de soutenir des groupes de mercenaires en Libye

«La Russie essaie clairement de faire pencher la balance en sa faveur en Libye», a estimé dans un communiqué le général commandant les forces américaines en Afrique, Stephen Townsend, depuis son quartier général basé à Stuttgart, en Allemagne.

«Comme elle l'a fait en Syrie, elle étend son empreinte militaire en Afrique en utilisant des groupes de mercenaires soutenus par l'Etat comme le groupe Wagner», a-t-il ajouté, en violation de l'embargo de l'Organisation des Nations unies (ONU) sur les armes dans le pays et des promesses régulières de non intervention dans le conflit intérieur.

Les avions de chasse russes de quatrième génération «[seraient] arrivés en Libye depuis une base aérienne russe après avoir transité en Syrie», a précisé le commandement africain de l'armée américaine. Par ailleurs, celui-ci soupçonne que ces avions russes y «ont été repeints pour dissimuler leur origine russe». Et d'ajouter : «Nous avons observé toutes les étapes du déploiement des avions de chasse russes en Libye», soulignant qu'ils étaient probablement destinés à «apporter un appui aérien rapproché et des tirs offensifs au groupe Wagner».

L'armée américaine a en outre publié sur Twitter ce 26 mai au courant de l'après-midi quatre photos d'avions MiG-29 Fulcrum et Sukhoï Su-35, en vol ou parqués sur un aéroport militaire.

Moscou évoque une «fake news» et une «désinformation» provenant de Washington

Face à ces accusations américaines, la défense et la diplomatie russes sont montées au créneau afin de démentir tout déplacement informel d'avions russes sur le sol libyen, avant de renvoyer aux initiatives lancées par Ankara et Moscou pour mettre fin au conflit.

Les informations selon lesquelles la Russie a transféré des avions de combat en Libye sont fausses, selon le premier vice-président du Comité de défense de la Douma d'Etat, Andrei Krasov, s'adressant à l'agence de presse russe Interfax. «Une autre histoire d'horreur américaine. Il s'agit de fake news et de désinformation dans l'esprit des anciennes administrations américaines», a-t-il également déclaré.

A l'issue d'une rencontre bilatérale entre le chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov, et le président de la Chambre des représentants de Libye, Aguila Saleh, le 26 mai, le ministère russe des Affaires étrangères a lui indiqué, que «les deux parties ont souligné l'absence de perspective des tentatives de résolution de la crise par la force et la nécessité de lancer d'urgence un dialogue constructif impliquant toutes les forces politiques libyennes».

«Sergueï Lavrov a exprimé son soutien à l'initiative de [Aguila] Saleh du 23 avril», qui prévoit une cessation immédiate des hostilités et une intensification des négociations inter-libyennes afin de promouvoir des solutions de compromis aux problèmes existants et la mise en place des pouvoirs publics unifiés dans le pays, ajoute le ministère dans un communiqué.

Certains aspects internationaux du règlement libyen ont également été abordés, notamment les perspectives de la mise en œuvre des décisions de la Conférence internationale sur la Libye qui s'est tenue à Berlin le 19 janvier dernier et de la résolution 2510 du Conseil de sécurité des Nations unies dans laquelle elles ont été consacrées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»