Pour l'ancien ambassadeur Jean de Gliniasty, le 9 mai est la «vraie fête nationale» en Russie

Pour l'ancien ambassadeur Jean de Gliniasty, le 9 mai est la «vraie fête nationale» en Russie© Maxim Shemetov Source: Reuters
Le 9 mai est une fête nationale pour les Russes (image d'illustration du 9 mai 2013 à Moscou).

L'ancien ambassadeur de France en Russie, Jean de Gliniasty, est revenu pour RT France sur la signification du Jour de la Victoire en Russie, un moment où le peuple «se retrouve». A tel point que le 9 mai s'apparente selon lui à la fête nationale.

Le 9 mai, la Russie commémore les 75 ans de la Victoire sur le nazisme à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Interviewé par RT France, l'ancien ambassadeur de France à Moscou, Jean de Gliniasty, juge que «le 9 mai pour les Russes – le 8 mai pour nous [Français] –  c'est la vraie fête nationale», une fête «où tout le monde se retrouve» avec «une très grande émotion».

Jean de Gliniasty rappelle à ce propos que les Russes comptent pour environ «la moitié des morts de la Seconde Guerre mondiale» avec «à peu près 27 millions de morts». Alors que le «12 juin est théoriquement la fête nationale» marquant «le jour de la sécession de la Russie de l'URSS», Jean de Gliniasty soutient qu'en Russie, «personne ne sait ce que c'est que ce 12 juin, ce que cela représente».

Le 9 mai est donc particulièrement important pour les citoyens russes : «Par le patriotisme et par la fête du 9 mai, on met finalement tout le monde d'accord, à la fois ceux qui ont été réprimés du temps du stalinisme, ceux qui ont réprimé eux-mêmes, les organes d'Etat, les soldats, les fonctionnaires, les femmes, les enfants... C'est un moment de célébration nationale et d'unité nationale très fort, un peu comme le 14 juillet français.»

C'est un moment de célébration nationale et d'unité nationale très fort

Le directeur de recherche à l'Iris estime en outre que le 8 mai, pour les Français, était une célébration moins significative, notamment «depuis la construction européenne», en raison de laquelle «on essaie de ne pas trop souligner les guerres que nous avons pu faire avec l'Allemagne». Pour la première fois de son histoire, Berlin va d'ailleurs commémorer le 8 mai, ce qui constitue selon  l'ancien diplomate «un symbole très fort», qui signifie que «la question du nazisme est de plus en plus clairement assumé par les Allemands».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»