Belgique : émeute en plein confinement à Anderlecht, 43 interpellations

- Avec AFP

Belgique : émeute en plein confinement à Anderlecht, 43 interpellations© OLIVIER GOUALLEC / BELGA Source: AFP
Des policiers belges portant des vêtements de protection se tiennent sur le site des troubles à Anderlecht, le 11 avril 2020 (image d'illustration).

Des émeutes ont éclaté à Anderlecht, une commune de la région de Bruxelles, après la mort d'un homme âgé de 19 ans. Celui-ci, poursuivi par la police le 10 avril, est décédé après avoir percuté à scooter une voiture des forces de l'ordre.

En pleine pandémie de Covid-19, la police belge a annoncé avoir arrêté, le 11 avril, 43 personnes qui avaient pris part à une émeute, après une collision mortelle entre une voiture de police et un jeune homme roulant en scooter. Les événements sont survenus à Anderlecht, une commune de la région de Bruxelles-Capitale.

Les troubles avaient commencé le 10 avril lorsqu'une patrouille de police avait demandé à un homme de 19 ans, qui conduisait un scooter à Anderlecht, de s'arrêter. Alors que les forces de l'ordre avaient pris en chasse l'individu, celui-ci était entré en collision avec une deuxième voiture de police et avait été tué sur le coup.

Après la soirée du 10 avril émaillée de plusieurs incidents, la police anti-émeute s'est déployée le 11 avril pour disperser de jeunes manifestants qui s'étaient rassemblés, répondant à des appels lancés sur les réseaux sociaux.

Une arme dérobée aux forces de l'ordre

Au cours de l'émeute du 11 avril, une arme de service a été dérobée, selon le chef de corps Patrick Evenepoel, interrogé par la VRT (radio et télévision belges), dont les propos ont été repris par la RTBF. «A un moment donné, l'un de nos véhicules a été encerclé. Une arme à feu y a notamment été dérobée», a-t-il affirmé. Cette arme de service aurait été retrouvée dans un parc de la ville, selon le journal belge La Capitale, sans que l'information n'ait été confirmée par les autorités de police.

Deux policiers et sept manifestants ont été légèrement blessés au cours de ces incidents, a indiqué à l'AFP, le 11 avril, le maire d'Anderlecht, Fabrice Cumps.

L'édile, qui a déclaré avoir rencontré la famille du jeune homme, estime que la mort de ce dernier est «un prétexte pour les fauteurs de troubles», alors que le pays est confiné depuis quatre semaines afin d'enrayer la propagation de la pandémie de Covid-19.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»