Frontex s'inquiète des flux de migrants après le déconfinement

- Avec AFP

Frontex s'inquiète des flux de migrants après le déconfinement© COSTAS BALTAS Source: Reuters
Un bateau de sauvetage escorte un canot avec des migrants en provenance d'Afghanistan alors qu'un navire Frontex patrouille en arrière-plan, sur l'île de Lesbos (Grèce) (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les flux de migrants vers l'Europe ont diminué avec l'épidémie de Covid-19 mais la situation risque de se tendre une fois ce continent sorti de la crise, a relevé le patron de l'Agence européenne de contrôle des frontières (Frontex).

«L'effet Covid-19 pour le moment est plutôt une diminution des flux entrants», a relevé le directeur de l'Agence européenne de contrôle des frontières (Frontex), Patrice Leggeri, le 8 avril, lors d'une audition téléphonique devant la commission des Affaires européennes du Sénat français. 

De «petites arrivées de quelques dizaines de personnes» sont actuellement observées en Grèce ainsi que «quelques arrivées un peu isolées» en Italie depuis la Libye ou en Espagne depuis le Maroc, a-t-il précisé. «Ça s'explique par les mesures de confinement qui sont prises dans un certain nombre de pays, y compris dans des pays dits d'origine et de transit», a-t-il noté. 

Ces flux étaient déjà en nette réduction avant le début de la crise du Covid-19 en mars, a toutefois relevé le directeur exécutif de Frontex.

En Grèce, seules «1 700 personnes ont pu franchir la frontière terrestre» en fin février et début mars, loin des chiffres (150 000) annoncés par la Turquie qui a alors fait du chantage aux migrants envers l'UE, a-t-il souligné.

En quête de soutien en Syrie, la Turquie avait annoncé le 29 février qu'elle n'empêcherait plus les migrants de passer en Europe et jusqu'à 20 000 migrants s'étaient massés à la frontière gréco-turque, côté turc.

«La situation sera probablement préoccupante au moment où peut-être certains continents seront largement sortis de la crise du Covid-19 alors que d'autres n'auront pas surmonté encore l'épidémie», a poursuivi le patron de Frontex. Si l'Europe convalescente attire alors des flux migratoires depuis des pays où l'épidémie reste forte, elle devra renforcer ses frontières extérieures pour éviter une nouvelle contagion, a-t-il expliqué en substance.

La situation sanitaire est également tendue dans les camps de migrants en Grèce où le Covid-19 a fait son apparition, conduisant à la mise en quarantaine de plusieurs milliers de personnes, a-t-il pointé.

Frontex s'alarme sur le budget alloué par l'UE

Le patron de Frontex a par ailleurs tiré la sonnette d'alarme concernant le budget prévu par l'UE – avant la crise du coronavirus – pour son organisation, le jugeant «catastrophique» et totalement insuffisant pour assurer la mise en place d'une corps européen de garde-frontières.

Le renforcement de Frontex – qui compte 2 000 agents – par un corps européen permanent de 10 000 gardes-frontières et gardes-côtes à l'horizon 2027 a été approuvé par le Parlement européen en 2019. L'agence a déjà quasiment recruté 300 personnes pour ce corps, destiné à aider les Etats membres de l'UE dans le contrôle des frontières et la gestion des migrations.

«Budgétairement, aujourd'hui je ne peux pas vous dire que le corps européen est assuré. Pour le moment il n'est pas financé en réalité», a souligné Fabrice Leggeri.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix