Caracas et La Havane dénoncent un déploiement militaire étasunien dans la mer des Caraïbes

Caracas et La Havane dénoncent un déploiement militaire étasunien dans la mer des Caraïbes© Mark C. Schultz / Navy Media Content Services Source: AFP
Photographie de la marine US, le 11 juillet 2014, alors que plusieurs navires transitent en formation au large des côtes de la Californie du Sud dans le cadre de l'exercice Rim of the Pacific (RIMPAC) 2014 (image d'illustration).

Les Etats-Unis ont déployé des forces dans les Caraïbes dans l'objectif affiché de lutter contre «les cartels de la drogue ». Une décision qui irrite le Venezuela, quelques jours après que Washington a accusé Nicolas Maduro de «narcoterrorisme».

«Nous ne devons pas laisser les cartels de la drogue exploiter la pandémie [de Covid-19] pour menacer les vies américaines». C'est en usant de cet argument que le président des Etats-Unis, Donald Trump, a annoncé, le 1er avril 2020, le déploiement d'un important arsenal militaire dans la mer des Caraïbes. Il s'agirait de «destroyers de la marine, des navires, des avions et des hélicoptères de combat, des navires de la Garde côtière et des appareils de surveillance de l'Armée de l'air», afin de «doubler» les capacités militaires américaines dans la région.

Cette annonce, qui survient quelques jours après que les Etats-Unis ont accusé le président vénézuélien, Nicolas Maduro, de «narcoterrorisme», a été reçue froidement par les autorités vénézuéliennes et cubaines.

Donald Trump a précisé que les Etats-Unis coopéraient avec 22 pays partenaires de la région, dont Sainte-Lucie, Haïti, le Panama, la Colombie, le Costa Rica, le Honduras et le Guatemala. L'objectif, selon le locataire de la Maison-Blanche, est d'aider l'US Southern Command (commandement Sud des Etats-Unis, responsable de toutes les actions militaires des Etats-Unis en Amérique centrale, Amérique du Sud et Caraïbes) à «renforcer la surveillance, la perturbation et les saisies de cargaisons de drogue, et de fournir un soutien supplémentaire aux efforts d'éradication qui se déroulent actuellement à un rythme record».

«Ironie du sort, c'est par le Guatemala que la majorité des stupéfiants transite vers les Etats-Unis», note le média public français Martinique La Première. Et d'ajouter que «le Venezuela est considéré comme un "petit joueur" dans le secteur du narcotrafic».

Une menace pour la paix dans la région ?

Le gouvernement vénézuélien a accusé Donald Trump de tenter de «détourner» l'attention de la pandémie actuelle qui se propage massivement aux Etats-Unis et dans le monde entier. «Donald Trump a tenté aujourd'hui de détourner l'attention […] en créant une escalade des déclarations et une escalade avec le Venezuela», a déclaré le président vénézuélien, Nicolas Maduro. «Nous allons rester ici en paix […] assister à la pandémie, la contrôler», a-t-il notifié.

Les autorités cubaines ont également dénoncé le renforcement militaire US dans la mer des Caraïbes. Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, a ainsi considéré que ce déploiement menaçait la paix dans la région, selon Martinique La Première.

Auteur: RT France

Le Venezuela ciblé par le déploiement militaire américain ?

En tout état de cause, cette décision s'inscrit dans un accroissement des tensions entre Washington et Caracas, le premier accusant le second de participer activement au trafic de drogues.

Le 26 mars, les Etats-Unis ont offert une récompense pouvant atteindre 15 millions de dollars pour toute information permettant d'arrêter le président vénézuélien Nicolas Maduro, qui venait d'être inculpé pour «narcoterrorisme» par la justice américaine. Le président vénézuélien et plusieurs membres de son entourage sont accusés par celle-ci d'«avoir participé à une association de malfaiteurs qui implique une organisation terroriste extrêmement violente, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), et à un effort pour inonder les Etats-Unis de cocaïne».

Les autorités vénézuéliennes avaient alors réagi en qualifiant l'attitude étasunienne de «nouvelle forme de coup d'Etat». Une attitude qui n'est pas inédite : Washington tente depuis plusieurs années d'asphyxier le gouvernement bolivarien de Caracas avec une série de sanctions économiques, dont l'objectif affiché de Donald Trump est de contribuer à l'éviction de Nicolas Maduro.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»