La crise migratoire embarrasse aussi la stratégie de communication de Daesh

La fuite des réfugiés syriens embarrasse la stratégie de communication de Daesh. Source: Reuters
La fuite des réfugiés syriens embarrasse la stratégie de communication de Daesh.

Le départ de nombreux Syriens vers l'Europe met à mal le message de l'Etat islamique qui tente de montrer le califat comme une terre d'accueil pour tous les musulmans. Une importante campagne de publicité de Daesh dénonce d'ailleurs ces migrants.

Il n'y a pas que l'Europe qui est embarrassée par le flot de réfugiés syriens arrivant sur ses côtes. La crise des réfugiés est en effet en train de devenir un phénomène préoccupant pour l'Etat islamique. La semaine passée, en 24 heures, l'Etat islamique a ainsi diffusé une dizaine de vidéos ou de photos dénonçant le départ de ces réfugiés vers l'Europe. Dans ces messages publiés sur les réseaux sociaux, les membres du groupe terroriste dénoncent l'horreur de la vie en Europe, parmi les «infidèles».

«Vous allez vider les poubelles des mécréants. Vous faites la plus grande erreur de votre vie en quittant la Syrie ou l'Irak pour l'Europe», explique par exemple un djihadiste français enrôlé par Daesh depuis un an dans une vidéo. «L'Europe ne vous accordera ni la sécurité, ni la fierté, ni le confort. Vous allez dormir dans des parcs», poursuit le même homme. A plusieurs reprises, les membres de Daesh ont aussi diffusé des vidéos de la police hongroise s'en prenant à des réfugiés. «Daesh vit assez mal de voir des Syriens quitter le califat alors que des musulmans d'Europe ou même de Chine font des milliers de kilomètres pour rejoindre cette soi-disant terre de rêve», note Romain Caillet, chercheur et consultant sur les questions islamistes à l'Institut français du Proche-Orient (Ifpo).

En savoir plus : «Chez nous, vous pourrez boire du Cappuccino», Daesh sort un guide pour mieux recruter en Italie

Ces vidéos diffusées la semaine passée sont donc, pour Daesh, un moyen de dire à ces milliers de Syriens que leur vie est meilleure dans le califat qu'ailleurs dans le monde. «Même Abou Bakr al-Baghdadi a évoqué le sujet des migrants, expliquant que ça fendait le cœur de Daesh de voir des sunnites quitter la Syrie pour l'Europe ou des pays à majorité chiite», poursuite le spécialiste Romain Caillet. «Cela prouve que c'est un sujet qui leur tient à cœur, car cet exode va à l'encontre de leur stratégie qui prône le départ des musulmans des pays où ils ne peuvent pas combattre, mais encore plus des pays non-musulmans».

Or, les images de réfugiés syriens prêts à tout pour embarquer sur des radeaux de fortune pour rejoindre l'Europe prouvent que la vie dans un territoire contrôlé par Daesh n'a rien d'enviable. Une communication désastreuse pour Daesh qui joue sur l'illusion d'un califat qui serait le paradis des musulmans. Une image de Cocagne mise en avant depuis la prise de contrôle par l'EI de l'Irak et d'une partie de la Syrie. «Leur image de marque compte beaucoup pour eux. Ils veulent faire peur aux non-musulmans, et attirer les musulmans».

En savoir plus : Daesh utilise la photo de l'enfant syrien mort pour menacer les réfugiés en fuite

La semaine dernière, l'EI a ainsi diffusé des images de combattants à la pêche, heureux. «Montrer ce genre d'images, c'est dire aux jeunes des pays musulmans, et aux jeunes de la diaspora musulmane, venez chez nous, la vie est simple.» Et sur ce point, le départ en masse des Syriens fait mauvais genre. «Les migrants confirment que s'ils quittent la Syrie de Bachar el-Assad, ils n'entendent pas rejoindre Daesh. C'est forcément un mauvais message pour l'organisation.»

Ces clips qui ont pour objectif de dénoncer le départ des Syriens vers l'Europe ont aussi un objectif moins avouable et beaucoup plus stratégique. «Avoir une zone peuplée de civils évite aussi des bombardements trop puissants de la coalition», estime Romain Caillet. «Tant qu'il y a des civils, rien n'est réellement possible. Bombarder Mossoul par exemple, c'est tuer des milliers de civils. Ce sont donc aussi des boucliers, car une fois en ville, entourés de civils, les djihadistes ne peuvent plus être délogés par des bombardements

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales