Double peine pour la Croatie, frappée par un séisme destructeur en pleine pandémie de Covid-19

- Avec AFP

Double peine pour la Croatie, frappée par un séisme destructeur en pleine pandémie de Covid-19© Damir SENCAR Source: AFP
images
Photographie prise le 22 mars 2020 montrant une voiture détruite dans les rues du centre-ville de Zagreb, après un tremblement de terre qui a frappé le pays.
Suivez RT France surTelegram

Déjà confrontée à la pandémie de Covid-19, la Croatie vient de subir un séisme dans le nord du pays, provoquant d’importants dégâts matériels et des scènes de panique. Une seule personne semble avoir été blessée, et il n'y aurait pas mort.

En plus de la pandémie de Covid-19, un tremblement de terre de magnitude 5,3 a frappé Zagreb, la capitale de la Croatie, ce 22 mars, blessant grièvement une adolescente selon les médias officiels. En conséquence, les autorités demandent aux habitants de ne pas se rassembler pour ne pas propager le coronavirus. Le séisme a été ressenti à 6h et de nombreux habitants de la capitale croate sont descendus dans les rues en panique, selon une correspondante de l'AFP.

Dans la confusion, des médecins, cités par l'agence Hina, avaient dans un premier temps annoncé le décès d'un garçon de 15 ans avant de rectifier cette information et de préciser qu'il s'agissait en fait d'une jeune fille qui a été réanimée et se trouvait dans un état critique. 

L'épicentre de cette secousse se situait à sept kilomètres au nord de Zagreb, selon le Centre sismologique euro-méditerranéen (CSEM).

Le ministre croate de l'Intérieur, Davor Bozinovic, a appelé les citoyens à rester dans les rues et à ne pas se tenir en groupe pour se protéger d'une éventuelle infection au coronavirus, qui a déjà fait plus de 113 cas de contamination et un mort, selon un bilan du 22 mars. «Maintenez vos distances. Ne vous regroupez pas. Nous sommes confrontés à deux crises sérieuses, le séisme et l'épidémie», a-t-il déclaré.

«C'est la dernière chose dont nous avions besoin en plus du coronavirus, c'est ce que j'ai pensé. Ce matin, cela secouait très fort», a raconté à l'AFP Neven Horvat, 50 ans, debout dans un parc en face de son immeuble.

Bâtiments effondrés, une flèche de la cathédrale cassée

Dans les vieux quartiers du centre-ville, des façades de bâtiments se sont effondrées et de nombreuses parties de la ville sont restées sans électricité. Une des flèches de l’emblématique cathédrale de Zagreb a elle aussi été cassée. Une dizaine de mètres de la tour sud se sont effondrés, a précisé le maire de Zagreb, Milan Bandic. En outre, le bâtiment du Parlement a lui aussi été endommagé.

L'église orthodoxe serbe a annoncé, depuis Belgrade, la capitale de a Serbie, que son église de Zagreb avait été endommagée par le séisme.

La secousse a été suivie d'un deuxième séisme de magnitude 5 à 7h. Le séisme a été ressenti en Autriche du sud, en Slovénie, dans le nord et l'est de la Croatie. Par ailleurs, les Balkans sont une zone de forte activité sismique et les tremblements de terre y sont fréquents.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix