Le ministre néerlandais des Soins médicaux démissionne après un malaise pendant un débat

Le ministre néerlandais des Soins médicaux démissionne après un malaise pendant un débat© Phil Nijhuis Source: AFP
Le ministre néerlandais des soins médicaux, Bruno Bruins, quitte le Parlement après avoir fait un malaise, le 18 mars 2020, à La Haye, au Pays-Bas (image d'illustration).

Après s'être écroulé durant un débat au Parlement, Bruno Bruins a choisi de présenter sa démission du gouvernement néerlandais. Il s'est dit épuisé par la gestion de la crise sanitaire qui frappe l'Europe depuis maintenant plusieurs semaines.

C’est une scène rare à laquelle ont assisté les Néerlandais. Le 18 mars, alors qu’il s’exprimait devant le Parlement batave, le ministre des Soins médicaux, Bruno Bruins, a été victime d’un malaise. L’homme de 56 ans s’est littéralement effondré pendant une discussion avec un élu de l’institution, certains de ses collègues étant intervenus pour lui prêter assistance.

Si tout le monde a d’abord pensé à une contamination au coronavirus, le ministre a finalement donné des nouvelles plutôt rassurantes sur Twitter, expliquant avoir trop travaillé sur la crise sanitaire qui frappe l’Europe de plein fouet. «Combattre cette crise est un sport de haut niveau et mon corps ne pouvait plus y faire face à cause de la fatigue», a-t-il souligné le 19 mars dans un communiqué mis en ligne sur le réseau social.

Il a par la suite présenté sa démission. «Le roi a accordé cette démission de la manière la plus honorable, sur recommandation du Premier ministre, avec gratitude pour les nombreux et importants services rendus», a fait savoir le palais royal dans un communiqué.

Bruno Bruins, membre du Parti populaire libéral et démocrate (VVD, centre-droit) et ministre au sein du gouvernement de Mark Rutte, était en charge de la gestion de la pandémie de Covid-19.

Contrairement à certains pays comme la France, les Pays-Bas ont choisi une autre approche afin de traiter la maladie. Baptisée immunité de groupe ou immunité collective, cette théorie tend à démontrer que si une partie suffisante de la population est infectée par le virus (entre 55% et 70%) et en guérit, alors ce pourcentage d’individus est immunisé et protège le reste de ses congénères. C’est ce qu’il peut par exemple se produire dans le cas d’une large campagne de vaccination. Si le virus ne peut infecter que 30% de la population, alors sa progression est automatiquement freinée.

Néanmoins, si le Premier ministre a exclu tout confinement total, il a toutefois ordonné la fermeture des écoles, bars et restaurants afin de contrôler la progression du coronavirus. D’après le dernier bilan des autorités, 76 personnes ont trouvé la mort dans le pays des suites de la maladie, et 2 460 cas de contamination ont été recensés.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»