Coronavirus : la Chine décuple son aide envers l'Europe, nouvel épicentre de la pandémie

Coronavirus : la Chine décuple son aide envers l'Europe, nouvel épicentre de la pandémie© NICOLAS ASFOURI Source: AFP
images
Des travailleurs portant des combinaisons de protection à titre préventif contre le coronavirus COVID-19 aident un passager à transporter ses affaires au New China International Exhibition Center, à Pékin, le 16 mars 2020 (image d'illustration).

L'Europe est désormais l'épicentre de la pandémie de Covid-19, c'est pourquoi la Chine, où les contaminations et décès liés au virus se sont considérablement réduits, a décidé de proposer son aide humaine et matérielle, ainsi que son expertise.

Forte de son succès dans la lutte contre le Covid-19, la Chine, où le virus est apparu en premier lieu, a décidé d'apporter son expertise et tous les acquis de ses recherches dans ce domaine aux pays les plus touchés par le virus, tels que l'Italie, la France, l'Espagne mais aussi des pays extra-européens comme l'Iran ou la Corée du Sud, en y déployant une aide tant humaine que matérielle.

Neuf médecins chinois et plusieurs tonnes d'aide sanitaire sont arrivés le 12 mars à Rome à bord d'un vol spécial pour aider le gouvernement italien à faire face à la pandémie de Covid-19. Ne pouvant guère se reposer sur la solidarité européenne, alors que plusieurs pays du Vieux continent sont eux aussi frappés de plein fouet par la pandémie, le gouvernement italien a décidé de demander de l'aide à Pékin.

Auteur: RT France

Deuxième pays au monde et premier pays européen le plus touché par la pandémie après la Chine, l'Italie compte, selon un bilan de l'AFP publié le 17 mars au matin, 2 158 morts pour 27 980 cas. Depuis le 10 mars, le gouvernement italien a mis en place des mesures de restriction exceptionnelles dans l'ensemble du pays visant à limiter tous déplacements afin d'endiguer la propagation du coronavirus. 

Par ailleurs, les autorités s'inquiètent désormais à haute voix de la capacité de leur système hospitalier, en grand manque de moyens humains et matériels, à absorber l'afflux constant de malades.

C'est dans ce contexte que l'aide chinoise est arrivée dans le pays. A bord de l'avion affrété par Pékin se trouvaient notamment «des ventilateurs, du matériel respiratoire, des électrocardiographes, des dizaines de milliers de masques et d'autres matériels de santé», a indiqué le président de la Croix-Rouge italienne Francesco Rocca, cité par RFI.

Et de préciser : «Les neuf experts, six hommes et trois femmes emmenés par le vice-président de la Croix-Rouge chinoise, Yang Huichan, et par un illustre professeur de réanimation cardio-pulmonaire, Liang Zongan, sont des médecins-réanimateurs, pédiatres et infirmiers qui ont géré la crise du coronavirus en Chine.»

La Chine s'est dite prête à envoyer encore davantage d'experts médicaux et de fournitures médicales en Italie, a par ailleurs déclaré le 16 mars le président chinois Xi Jinping lors d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre italien Giuseppe Conte.

Quelques jours après ce premier convoi, trois cent mille masques offerts par des organisations caritatives chinoises – notamment la Fondation Alibaba et la Fondation Jack Ma – sont arrivés le 16 mars à Liège, en Belgique, comme le rapporte l'agence de presse chinoise Xinhua. En effet, un avion cargo transportant le matériel médical a atterri à l'aéroport de Liège, le plus grand aéroport cargo de Belgique et hub logistique clé dans la lutte contre l'épidémie en cours en Europe. Une affiche attachée aux colis indique que «L'Union fait la force», ou «Unity Makes Strength» en anglais, rappelant ainsi aux Belges la devise de leur pays.

Les masques chirurgicaux seront d'abord distribués aux prestataires de soins de santé en Belgique, qui sont en première ligne de la lutte contre le nouveau coronavirus, selon un communiqué la ministre fédérale belge de la Santé publique, Maggie De Block.

L'envoi faisait partie d'un ambitieux don de plus de deux millions de masques et d'équipements médicaux annoncé par les deux fondations pour soutenir les pays européens. Les deux organisations ont également envoyé un demi-million de masques en Italie.

De plus, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, dont les propos ont été rapportés par l'agence de presse chinoise Xinhua, a fait savoir que la Chine avait décidé de fournir de toute urgence un lot de fournitures médicales à l'Espagne, qui en a un besoin urgent au vu du développement rapide de l'épidémie dans ce pays.

Auparavant, le président chinois Xi Jinping avait déclaré le 13 mars que la Chine soutenait fermement l'Union européenne (UE) dans sa lutte contre la pandémie de COVID-19. Dans des messages adressés au président du Conseil européen, Charles Michel, et à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, Xi Jinping avait exprimé ses sincères condoléances aux citoyens des pays membres de l'UE touchés par la pandémie, d'après l'agence de presse chinoise Xinhua.

Enfin, au delà du continent européen, le président chinois avait déjà proposé d'apporter son aide et son expertise à d'autres pays dans le monde, notamment à l'Iran et à la Corée du sud.

C'est ce qu'avait indiqué Xi Jinping au secrétaire général de l'ONU le 12 mars lors d'un entretien téléphonique. «La Chine est prête à partager ses expériences avec d'autres pays, à mener des activités conjointes de recherche et de développement sur les médicaments et les vaccins et à offrir autant d'aide que possible aux pays où la maladie se propage», a assuré Xi Jinping, cité par Xinhua.

Il a ajouté : «La Chine soutient les Nations unies et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans ses efforts visant à mobiliser la communauté internationale pour améliorer la coordination des politiques, accroître les ressources investies et aider en particulier les pays en développement avec des systèmes de santé publique faibles à se préparer à la prévention et à la riposte». Et de continuer : «La Chine a annoncé un don de 20 millions de dollars américains à l'OMS pour soutenir ses efforts visant à organiser des actions internationales contre l’épidémie.»

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie s'est déclarée fin décembre, a dénombré au total 80 881 cas, dont 3 226 décès et 68 869 guérisons selon un bilan publié par l'AFP le 17 mars. 21 nouveaux cas et 13 nouveaux décès ont été annoncés entre le 16 et le 17 mars. Les nouveaux cas annoncés ces derniers jours sont souvent des étrangers.

Ailleurs dans le monde, on recensait ce 17 mars à 9h00 GMT un total de 3 837 décès (43 nouveaux) pour 99 215 cas (4 548 nouveaux). En date du 16 mars, les pays les plus touchés après la Chine sont l'Italie avec 2 158 morts pour 27 980 cas, l'Iran avec 853 morts (14 991 cas), l'Espagne avec 309 morts (9 191 cas), et la France avec 148 morts (6 633 cas).

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»