Coronavirus : «Nous devons choisir qui soigner» s'alarme un médecin italien

Coronavirus : «Nous devons choisir qui soigner» s'alarme un médecin italien© MARCO SABADIN Source: AFP
Un employé municipal désinfecte un espace public à Venise, le 11 mars 2020 (Image d'illustration).

En Lombardie la situation est critique, selon un médecin qui soutient auprès du Corriere della Sera que le corps médical se doit de faire un tri parmi les patients et choisir qui traiter en fonction de l'âge et de l'état de santé.

«Dire que vous ne mourrez pas du coronavirus est un mensonge qui me remplit d'amertume» : dans un entretien accordé le 9 mars au quotidien italien Il Corriere della Sera le docteur Christian Salaroli, anesthésiste à Bergamo (Lombardie, a tenu des propos pour le moins alarmistes.

Selon ce médecin, l'urgence est telle en Italie que ses collègues et lui sont contraints de faire des choix très difficiles : sélectionner parmi les patients les plus gravement malades ceux qui pourront avoir accès aux soins de réanimation par intubation.

Les patients atteints de pneumonie virale et en insuffisance respiratoire aiguë sont d'abord placés sous ventilation non invasive à l'aide d'un masque à oxygène. «C’est une première étape, mais après quelques jours, nous devons choisir. Puisqu'il y a, malheureusement, une disproportion entre les ressources hospitalières, les lits de réanimation et les patients gravement malades, tout le monde ne peut pas être intubé», a fait savoir Christian Salaroli. «Nous décidons en fonction de l'âge et de l'état de santé», a-t-il ajouté.

«Si une personne entre 80 et 95 ans souffre d'une insuffisance respiratoire sévère, il est probable que nous n'irons pas de l'avant. S'ils ont une défaillance multi-organes, avec plus de deux ou trois organes vitaux touchés, cela signifie que leur taux de mortalité est de 100%», a-t-il encore précisé.

Ce qui compte maintenant, dit-il, c'est de «rester à la maison, rester à la maison. Je le répète encore et encore. Je vois trop de gens dans la rue qui n'ont aucune idée de ce qui se passe », s'est-il inquiété.

Interdiction de rassemblement, écoles fermées, championnat de football suspendu : le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a annoncé le 9 mars une série de mesures draconiennes pour l'ensemble de son pays, durement frappé par le coronavirus.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»