«Etes-vous le vrai ?» : Vladimir Poutine confie avoir rejeté un projet de sosies

«Etes-vous le vrai ?» : Vladimir Poutine confie avoir rejeté un projet de sosies© EVGENIA NOVOZHENINA Source: AFP
Le président russe Vladimir Poutine en marge de sa rencontre avec son homologue kirghize,Sooronbay Jeenbekov, à Moscou, le 27 février 2020.
Suivez RT France surTelegram

Au cours d’un entretien à l’agence publique russe Tass, Vladimir Poutine a confié le 27 février s'être vu proposer d’avoir plusieurs doubles afin de le protéger d’une éventuelle attaque terroriste. Une initiative qu’il a toutefois déclinée.

Vladimir Poutine a évoqué le 27 février un plan secret visant à charger des doubles de le remplacer lors d’événements potentiellement dangereux, initiative à laquelle il a préféré s’opposer.  «Etes-vous le vrai [Poutine] ?», lui a demandé un journaliste de l'agence publique TASS. «Oui», lui a répondu le président russelors d'une série d'interviews organisée pour ses 20 ans au pouvoir.

«J'ai refusé d'avoir des doubles»

La question faisait référence aux nombreuses requêtes sur les moteurs de recherche en ligne demandant si Vladimir Poutine avait un sosie, une théorie du complot très répandue. «J'ai refusé d'avoir des doubles», a-t-il poursuivi, confirmant néanmoins que cette possibilité lui avait été proposée. «C'était lors des moments les plus durs de la lutte contre le terrorisme», au début des années 2000, a-t-il expliqué, une époque où la Russie luttait contre le terrorisme en Tchétchénie et dans le Caucase. 

Après sa nomination au poste de Premier ministre, fin 1999, Vladimir Poutine a lancé la deuxième guerre de Tchétchénie qui a abouti à la reconquête de ce territoire sécessionniste par l'armée russeCette victoire a toutefois été suivie d'une vague meurtrière d'attentats et de prises d'otages par des terroristes du Caucase. «Donc votre double serait allé là où c'était dangereux ?», a demandé le journaliste de TASS. «Il y serait allé, oui, il y serait apparu», a acquiescé Vladimir Poutine.

«On s'ennuie sans ragots»

Sur Internet, des théories du complot circulent depuis longtemps, affirmant que le véritable Vladimir Poutine serait mort et qu'il aurait été remplacé par un sosie. Parmi les justifications évoquées : le visage visiblement peu touché par l'âge du dirigeant de 67 ans ou encore sa connaissance parfois hésitante de l'allemand, alors que Vladimir Poutine a travaillé en Allemagne de l'Est comme agent du KGB, les services secrets soviétiques. En 2015, Vladimir Poutine avait disparu de l'espace public pendant 10 jours, ce qui avait suscité son lot de spéculations. Certains affirmaient qu'il s'était rendu en Suisse pour la naissance d'un enfant caché, d'autres qu'il avait été renversé lors d'un coup d'Etat, ou encore qu'il était malade ou mort.  «On s'ennuie sans ragots», avait commenté Vladimir Poutine, après sa réapparition. 

 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix