Vladimir Poutine, président à vie ? Le chef d'Etat assure ne pas chercher à prolonger son pouvoir

Vladimir Poutine, président à vie ? Le chef d'Etat assure ne pas chercher à prolonger son pouvoir© ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP Source: AFP
Vladimir Poutine à Moscou, en mars 2018.

Plusieurs médias et experts estiment que la réforme constitutionnelle organisée par Vladimir Poutine vise à préserver son influence après l'élection présidentielle à laquelle il ne peut se représenter. Le président russe bat en brèche cette idée.

Vladimir Poutine est catégorique : ses récentes propositions de révisions constitutionnelles ne visent pas à «prolonger son pouvoir». C'est ce qu'il a affirmé, ce 4 février, lors d'une rencontre avec des représentants de la société civile retransmise à la télévision. «Les amendements que j'ai proposés sont simplement dictés par la vie [...] J'ai acquis la certitude en exerçant mes fonctions de président et de chef du gouvernement que certaines choses ne fonctionnent pas comme elles le devraient», a-t-il ainsi déclaré.

Le président russe répond ainsi à la question que se posent les journalistes et experts en politiques en Russie et dans le monde – celle de savoir si Poutine restera au pouvoir après la fin de son mandat. Car au lendemain de l’annonce surprise d’un projet de réforme constitutionnelle, un grand nombre de médias ont affirmé qu'avec ces propositions, le chef de l'Etat russe cherchait un moyen de garder le pouvoir à vie.

En France, le média en ligne Slate titrait, à titre d'exemple, le 25 janvier : «Comment Vladimir Poutine change la Constitution pour garder le pouvoir». 

Vladimir Poutine, président à vie ? Le chef d'Etat assure ne pas chercher à prolonger son pouvoir
Capture d'écran de l'article de Slate du 25 janvier.

Plus récemment, ce 4 février, l'AFP écrit à la fin d'une de ses dépêches : «Pour beaucoup d'analystes, Vladimir Poutine organise avec cette réforme l'après 2024, en se laissant le maximum de portes ouvertes pour préserver son influence tout en quittant le poste de président puisqu'il ne peut se représenter.»

Vladimir Poutine lui-même a entretenu le flou

Force est de constater que c’est Vladimir Poutine lui-même qui a longtemps entretenu le flou autour de son avenir politique et celui de la Russie après 2024. Souvent interrogé à ce sujet par les journalistes, il a pris l’habitude d’esquiver cette question ou de répondre par une blague. En mars 2018, interrogé par un journaliste sur l'éventualité de briguer un cinquième mandat en 2030, le président russe avait ironisé : «Croyez-vous que je vais vivre jusqu'à 100 ans ?»

Mais tout a changé quand Vladimir Poutine a prononcé son discours devant l’Assemblée fédérale russe, prenant de court non seulement les citoyens russes, mais aussi le gouvernement démissionnaire et Mikhail Michoustine, nommé Premier ministre le jour même. 

Alors que les spéculations sur sa volonté de prolonger sa mainmise sur le pays repartent de plus belle dans les médias, Vladimir Poutine a enchaîné en l’espace de quelques semaines des déclarations qui permettent de voir plus clair quant à l’avenir politique du pays.

Le chef de l'Etat russe pourrait-il revenir à un autre poste ? 

D'aucun lui prête l'ambition d'occuper un autre poste s'il n'est plus président, comme au Kazakhstan ou à Singapour, où l'ex-Premier ministre Lee Kuan Yew a continué de jouer un rôle central dans la politique de son pays, en devenant «ministre senior» puis «ministre mentor».

Dans sa réponse à un étudiant russe, le 22 janvier, Vladimir Poutine a écarté ce scénario. «Notre pays devrait être une république présidentielle forte [...] Ce que vous proposez saperait l'institution présidentielle. Je pense que pour un pays comme la Russie, cela ne peut pas s'appliquer», a-t-il déclaré.

Vladimir Poutine a également balayé l'idée de changer la Constitution afin de mettre fin à la limite de deux mandats du président. «Il serait très alarmant de revenir à la situation du milieu des années 1980 [en URSS], lorsque les chefs de l'Etat, un par un, restant au pouvoir jusqu'à la fin de leurs jours, ont quitté ce pouvoir, sans fournir les conditions nécessaires au transfert du pouvoir. Alors moi je vous remercie mais je pense qu'il vaut mieux ne pas revenir [à cette situation]», a affirmé le président russe le même jour. Des propos confirmés ce 4 février. «Doit-on prolonger le pouvoir du président actuel ? Je ne le pense pas», a-t-il assuré.

Le pouvoir du Parlement renforcé

La réforme constitutionnelle vise à rééquilibrer le pouvoir en Russie en donnant plus de compétences au Parlement dans la nomination du Premier ministre, tout en gardant un rôle fort du président, et musclant le rôle du Conseil d'Etat, organe jusqu'alors consultatif. Les amendements constitutionnels proposés par le président ont été validés fin janvier à l'unanimité par les députés russes en première lecture. Le président a déclaré, le 4 février, s'attendre à ce que le texte soit adopté définitivement d'ici un peu plus de trois mois.

Les réformes doivent être soumises par ailleurs au vote des Russes, mais ni sa forme ni son calendrier n'ont été annoncées.

Lire aussi : Après la démission de Dmitri Medvedev, Vladimir Poutine nomme un nouveau Premier ministre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»