Fin des «détachés» : pour le CFCM, la France devra mettre «la main à la poche» pour former ses imams

- Avec AFP

Fin des «détachés» : pour le CFCM, la France devra mettre «la main à la poche» pour former ses imams© jfb/pac Source: Reuters
Emmanuel Macron en déplacement à Mulhouse le 18 février 2020. Le président français souhaite réorganiser le culte islamique.

Si la France veut supprimer le système des imams détachés venus de l'étranger, elle devra «trouver une solution» pour éviter de laisser ses mosquées à la merci d'intégristes, selon le délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM).

Le 19 février, le délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, a déclaré que la France devrait «trouver une solution pour éviter de laisser ses mosquées à la merci d'intégristes». Il appelle notamment Paris a augmenter le budget alloué aux centres de formation des imams.

Le 18 février, lors d'un déplacement consacré à la présentation de son projet contre le «séparatisme islamiste» à Mulhouse, le président français Emmanuel Macron a annoncé que la France allait mettre fin à l'accueil des 300 imams envoyés en France par plusieurs pays (Maroc, Turquie, Algérie…) et augmenter en parallèle le nombre d'imams formés en France. Le président de la République a alors estimé : «On ne peut pas enseigner des choses qui ne sont manifestement pas compatibles ou avec les lois de la République ou avec l'Histoire telle que nous la voyons».

La fin des «imams détachés» programmée pour 2024 

Le ministre de l'Intérieur français Christophe Castaner a déclaré que la France comptait mettre fin à ce système d'ici 2024. En réaction à cette annonce, le délégué du CFCM a commenté : «Je ne sais pas si c'est faisable ou pas. Ca peut marcher, mais il faudra former d'autres imams.» 

Abdallah Zekri estime en outre que le système des détachés a un avantage non négligeable : le fait que, selon lui, les imams qui restent plusieurs années arrivent en France par le biais de conventions bilatérales, sont connus, et que leurs discours sont suivis par les autorités françaises. «Ces détachés n'ont jamais posé de problème, pas un n'est fiché S, n'a commis un acte terroriste ou n'a fait des discours extrémistes ou antirépublicains», a-t-il ajouté. «Il faut trouver une autre solution pour ne pas laisser ces mosquées vivre sans imam et, surtout, livrées à des imams autoproclamés dont on ne connaît ni la provenance, ni les discours», argumente-t-il encore.

Pour éviter cela, Abdallah Zekri estime qu'il faudra créer de nouveaux centres de formation : «Il faut former en France davantage d'imams qui connaissent les lois de la République, la laïcité.»

Il rappelle enfin que les imams détachés sont payés par leur pays d'origine et souligne : «Si l'Etat veut avoir des imams français républicains, il faut qu'il mette la main à la poche.»

Lire aussi : Une charte de l'imam adoptée pour prévenir les discours radicaux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»