L'Etat palestinien proposé par Trump ? Un «gruyère suisse», dénonce Abbas devant l'ONU

L'Etat palestinien proposé par Trump ? Un «gruyère suisse», dénonce Abbas devant l'ONU© REUTERS/Shannon Stapleton
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas devant le Conseil de sécurité de l'ONU à New York le 11 février 2020.

Le président de l'Autorité palestinienne a vigoureusement critiqué le plan controversé proposé par Donald Trump sur le Moyen-Orient. Celui-ci intègre, sans les remettre en cause, les colonies et territoires annexés et occupés par l'Etat hébreu.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a rejeté solennellement ce 11 février devant le Conseil de sécurité de l'ONU le plan de paix israélo-américain controversé proposé par Donald Trump. Mahmoud Abbas a jugé que le texte proposait un «gruyère suisse» en guise d'Etat palestinien.

«Nous rejetons [le plan proposé par Donald Trump car il] met en question les droits légitimes des Palestiniens», a-t-il lancé, dénonçant notamment l'absence de Jérusalem-Est dans un futur Etat palestinien. Il a ajouté que ce plan ferait de la Palestine un «Etat fragmenté», et a estimé que le projet perpétuait une situation «d'apartheid» ainsi que l'absence de souveraineté de son peuple.

Le plan de paix israélo-américain retient une solution à «deux Etats», mais propose de créer une capitale d'un Etat palestinien à Abou Dis, un faubourg de Jérusalem, alors que les Palestiniens veulent faire de l'ensemble de Jérusalem-Est leur capitale. Il intègre aussi sans les remettre en cause les colonies israéliennes et les territoires annexés par Israël, comme la vallée du Jourdain en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967, avec des frontières en rupture avec les lignes tracées à l'époque. Le projet prévoit un Etat démilitarisé pour la Palestine. En outre, l'hypothétique Etat palestinien est constitué selon ce plan de morceaux de territoires discontinus. 

«Ce sont nos territoires [...] Qu'est-ce qui vous donne le droit de les annexer ?», a encore tempêté, devant le Conseil de sécurité, le responsable palestinien, qui avait renoncé le même jour à voter une résolution rejetant le texte proposé par le dirigeant étasunien. Pour son discours, le président de l'Autorité palestinienne avait apporté une carte montrant la diminution, ces dernières décennies, des territoires censés constituer un Etat palestinien.

Mahmoud Abbas a en outre appelé «la communauté internationale à faire pression» sur l'Etat hébreu afin de faire barrage au plan américain, et a souligné que Washington, en raison de son alliance avec Israël, ne pouvait «plus être le seul médiateur» dans la région. Il a en revanche appelé le Quartet pour le Moyen-Orient, composé des Etats-Unis, de la Russie, de l'Union européenne et des Nations unies, à «organiser une conférence internationale de paix».

Lire aussi : Plan de paix au Proche-Orient : l'Arabie saoudite «apprécie» l'initiative des Etats-Unis

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»