Algérie : vers l'adoption d’une loi criminalisant «toutes formes de racisme et le discours de haine»

Algérie : vers l'adoption d’une loi criminalisant «toutes formes de racisme et le discours de haine» Source: AFP
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le gouvernement algérien entend lutter contre la banalisation des propos extrémistes, notamment sur les réseaux sociaux : le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé ce 13 janvier qu'une loi serait élaborée à cet effet.

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé l’élaboration prochaine d’un projet de loi «criminalisant toutes formes de racisme [...] et le discours de la haine dans le pays». Le vote de ce texte permettrait «de faire face à ceux qui exploitent la liberté et le caractère pacifique du "Hirak" [le mouvement de protestation né en février]» en brandissant «des slogans portant atteinte à la cohésion nationale», explique en outre le communiqué de la présidence diffusé le 13 janvier par l’agence de presse algérienne APS. 

La décision du chef de l’Etat algérien de légiférer en la matière intervient au lendemain du limogeage du directeur de la Culture de la wilaya (préfecture) de M’sila pour «outrage et offense». Rabah Drif, scénariste de plusieurs films historiques, avait en effet qualifié dans une publication Facebook l’ancien combattant indépendantiste Abane Ramdane «de grand traître». Elevé en Algérie au rang de héros de la lutte pour l'indépendance, Abane Ramdane a été assassiné en décembre 1957 dans le sillage de querelles de pouvoir au sein du Front de libération nationale. Citant «des sources proches du dossier», le site d'information TSA affirme que Rabah Drif a été depuis placé en détention provisoire par le juge d’instruction du tribunal de la ville. 

«Si je t’entends prononcer un mot en kabyle, je te tue»

Plusieurs personnalités, souvent issues du monde politique, ont par ailleurs été accusées d'avoir commis des dérapages jugés racistes sur les réseaux sociaux : ainsi, en juin 2018, trois avocats avaient annoncé avoir déposé plainte pour «incitation à la haine raciale», contre Naima Sahli, membre du Parti de l'équité et de la proclamation (PEP), une micro-formation politique d’obédience islamiste.

Très présente sur les réseaux sociaux, la députée controversée avait notamment prononcé une violente diatribe à l’encontre de la langue berbère (tamazight) et de ses locuteurs. «Une langue qui n’en est pas une, qui n’est pas porteuse de sciences et qu’on ne comprend pas à l’extérieur ne va pas nous servir», s'était-elle emportée.

Et de poursuivre : «Ma petite fille est dans une école privée où la majorité des élèves sont kabyles. Elle s’est comportée avec innocence et a commencé à apprendre. Je ne me suis pas opposée. Puisque c’est devenu une obligation d’apprendre, je lui ai dit :"Si je t’entends prononcer un mot en kabyle, je te tue. Je vais t’éduquer !"»

Quelques mois plus tôt, en janvier, la victoire d'une jeune femme originaire du sud du pays au concours de Miss Algérie avait engendré une vague de commentaires à caractère raciste sur les réseaux sociaux. 

Lire aussi : «Si tu prononces un mot en kabyle, je te tue !» : une députée enflamme la toile algérienne

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix