Le Hezbollah exclut toute attaque contre «le peuple américain» dans ses représailles

Le Hezbollah exclut toute attaque contre «le peuple américain» dans ses représailles© ANWAR AMRO Source: AFP
Des partisans du Hezbollah brandissent des affiches du général iranien Qassem Soleimani alors que le chef du mouvement Hassan Nasrallah prononce un discours retransmis sur écran géant dans la banlieue sud de Beyrouth, le 5 janvier 2020.

Par la voix de son chef Hassan Nasrallah, le Hezbollah a assuré que l’armée américaine allait «payer le prix» pour avoir tué le général iranien Qassem Soleimani. Il a toutefois souligné que la population civile américaine, elle, ne serait pas visée.

Le Hezbollah a promis le 5 janvier de venger le général iranien Qassem Soleimani, tué deux jours plus tôt aux côtés d'autres gradés dans une frappe américaine sur l'aéroport de Bagdad. «C'est l'armée américaine qui les a tués, et c'est elle qui va en payer le prix», a prévenu dans une allocution télévisée le chef de l’organisation chiite, Hassan Nasrallah, depuis Beyrouth. «Le juste châtiment [visera] la présence militaire américaine dans la région : les bases militaires américaines, les navires militaires, chaque officier et soldat dans la région», a-t-il martelé.

Le leader chiite a néanmoins tenu à dissocier l’armée américaine du «peuple américain», en soulignant que les menaces de représailles de son organisation ne visaient pas les civils. «[En parlant de représailles], nous ne voulons pas dire le peuple américain», a-t-il souligné avant de poursuivre :  «Il y a beaucoup de civils américains dans notre région : ingénieurs, hommes d'affaires, journalistes. Nous ne les toucherons pas. Toucher n'importe quel civil n'importe où dans le monde ne servirait que la politique de Trump.»

«Quand les cercueils des soldats et des officiers américains [...] commenceront à revenir aux Etats-Unis, [Donald] Trump et son administration comprendront qu'ils ont perdu la région», a-t-il encore ajouté.

Qassem Soleimani et Hassan Nasrallah se seraient rencontrés à plusieurs reprises au Liban : ce dernier a en effet indiqué lors de son intervention qu'il avait reçu le 1er janvier, soit deux jours avant son décès, une visite du général iranien. De son côté, Qassem Soleimani avait, dans une rare interview diffusée en octobre à la télévision publique iranienne, confié qu'il était présent à l'été 2006 au Liban au côté du Hezbollah lors de la guerre avec Israël.

Dans son récit, il avait notamment expliqué comment, pris en tenaille sous des bombardements israéliens sur la banlieue sud de Beyrouth, il avait réussi à exfiltrer Hassan Nasrallah de la «chambre d'opérations» où il se trouvait, aux côtés notamment d'Imad Moughniyeh, un haut commandant militaire du Hezbollah tué en 2008.

Lire aussi : Donald Trump menace l'Iran après la prise d'assaut de l'ambassade américaine à Bagdad

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»